NOUVELLES
05/03/2014 08:28 EST | Actualisé 05/05/2014 05:12 EDT

Un ancien général devient ministre de la Défense au Nigeria

Un ex-général, Mohammed Gusau, a pris officiellement mercredi ses fonctions de ministre de la Défense du Nigeria, un choix qui pourrait entraîner un changement de stratégie face au groupe islamiste armé Boko Haram, selon des analystes.

Le poste de ministre de la Défense était vacant depuis juin 2012, où le président Goodluck Jonathan avait limogé Mohammed Bello après une série d'attaques meurtrières des insurgés.

Le général Gusau, ancien chef d'état-major de l'armée, a exercé à deux reprises les fonctions de conseiller national à la sécurité du Nigeria, de 1999 à 2006, puis à partir de 2010.

Mais il avait ensuite démissionné afin de concourir face à Goodluck Jonathan, qui l'a finalement emporté, pour l'investiture de leur parti politique, le PDP, à l'élection présidentielle de 2011.

Malgré les tensions en découlant avec le président, les experts estiment que M. Jonathan a choisi M. Gusau à cause de sa connaissance du monde du renseignement, nécessaire à une refonte de la stratégie face aux rebelles islamistes qui ont déjà tué quelque 500 personnes depuis le début de l'année.

"Ce que nous avons vu, c'est que l'armée nigériane ne peut pas battre Boko Haram seulement par la force", explique le professeur Dapo Thomas, de la Lagos State University. "Tout dépend désormais du renseignement".

"Face à l'expérience (de M. Gusau), je n'imagine pas de meilleur candidat pour le poste" de ministre de la Défense, ajoute ce spécialiste de la politique et des questions de sécurité.

M. Jonathan a remplacé ses chefs militaires en janvier. L'armée a depuis fait diverses déclarations promettant de nouvelles stratégies mais les violences se sont multipliées en dépit d'une grande offensive lancée en mai dernier par les forces de sécurité dans le nord-est du Nigeria, fief de Boko Haram.

Par ailleurs, l'ancien ambassadeur du Nigeria en Chine, Aminu Wali, a pris ses fonctions au ministère des Affaires étrangères, en remplacement d'Olugbenga Ashiru, limogée l'an dernier.

Le 12 février, le président Jonathan a limogé quatre autres ministres (Aviation, Affaires policières, Finances et Production pétrolière).

ola-bs/phz/lc/mba/jlb

PLUS:hp