NOUVELLES
05/03/2014 11:20 EST | Actualisé 05/05/2014 05:12 EDT

Étude montréalaise: jouets métalliques et bijoux pour enfants à surveiller

MONTRÉAL - Une étude de chercheurs de l'École polytechnique de Montréal suggère aux gouvernements de s'assurer que leurs réglementations concernant la concentration de certains produits nocifs dans les jouets métalliques et bijoux bon marché pour enfants soient bien appliquées.

On sait que les bébés et les jeunes enfants portent fréquemment des objets à leur bouche, un comportement qui entraîne parfois l'ingestion de petites pièces.

Le professeur Gérald Zagury et son étudiant au doctorat Mert Guney ont examiné la contamination par des métaux au sein d'un ensemble de 72 jouets et bijoux achetés sur le marché nord-américain.

Des tests approfondis ont démontré que les métaux peuvent se mobiliser dans les sucs digestifs après l'ingestion des pièces contaminées. Les chercheurs ont également observé que des quantités de cadmium, de plomb, et de nickel provenant de certains échantillons dépassaient de manière importante les valeurs limites sécuritaires auxquelles un enfant peut être exposé.

Parmi les effets nocifs qui en découlent figurent les douleurs abdominales, les nausées, des vomissements et de la diarrhée.

Afin d'assurer la sécurité chimique des jouets et des bijoux pour enfants, MM. Zagury et Guney suggèrent d'appliquer des limites légales fondées sur le contenu en métaux «disponible» (mobilisé) plutôt que sur la concentration totale.

Les résultats de cette étude font partie de la thèse doctorale de Mert Guney. Ils ont récemment été publiés dans la revue scientifique de l'American Chemical Society (ACS), Environmental Science & Technology.

PLUS:pc