NOUVELLES
05/03/2014 02:37 EST | Actualisé 05/05/2014 05:12 EDT

Soudan du Sud : nouveaux affrontements mercredi soir à Juba (AFP)

Des affrontements ont repris mercredi soir dans la capitale Juba du jeune Soudan du Sud, en proie à un sanglant conflit armé depuis mi-décembre, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Des tirs intenses mais isolés avaient éclaté mercredi matin aux abords d'une caserne de la capitale, en raison, selon les autorités, du non paiement de soldes de militaires.

Mais des tirs, notamment à la mitraillette, ont dans la soirée repris dans d'autres parties de la ville, dans des quartiers résidentiels, non loin de l'aéroport et d'un complexe de l'Union africaine notamment, ont constaté les journalistes de l'AFP.

Comme dans la matinée, les tirs semblaient opposer des soldats mercredi soir, mais il était difficile d'en savoir plus sur leur identité et la cause de ces affrontements.

Les combats qui ravagent le jeune Soudan du Sud depuis près de trois mois étaient partis de Juba mi-décembre, avant de s'étendre à d'autres Etats clés du pays.

La vie avait depuis repris son cours normal dans la capitale sud-soudanaise.

Le conflit sud-soudanais, qui a déjà fait des milliers de morts et près de 900.000 déplacés, oppose des soldats loyaux au gouvernement à des militaires mutins qui ont rejoint l'ex-vice président Riek Machar, limogé l'été 2013.

Les combats sont alimentés par une rivalité politique entre l'ex-vice président et le président Salva Kiir.

Salva Kiir a accusé Riek Machar de tentative de coup d'Etat. Ce dernier nie, et reproche en retour au premier de vouloir faire le ménage au sein du SPLM dans la perspective d'élections en 2015.

Parti aujourd'hui au pouvoir, le SPLM est issu de l'ex-rébellion sudiste qui a combattu les forces de Khartoum pendant la guerre civile soudanaise (1983-2005) qui a débouché sur l'indépendance du Soudan du Sud en juillet 2011.

Les affrontements ont aussi très vite pris une tournure ethnique, avec des massacres entre les deux principales communautés du pays -- les Dinka de Salva Kiir et les Nuer de Riek Machar.

strs-aud/jpc

PLUS:hp