NOUVELLES

Québec: fin imminente du mandat des députés avec la tenue d'une élection

05/03/2014 04:39 EST | Actualisé 04/05/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - La première ministre du Québec, Pauline Marois, provoquera mercredi le tenue d'une élection générale provinciale en demandant au lieutenant-gouverneur du Québec, Pierre Duchesne, de dissoudre l'Assemblée nationale, ce qui mettra fin au mandat des députés.

Pour que l'électorat soit convoqué, le Conseil exécutif, sur recommandation de la première ministre, adopte un décret ordonnant la dissolution de l'Assemblée. Ce décret est suivi d'une proclamation du lieutenant-gouverneur par lequel ce dernier procède officiellement à la dissolution.

Ce mercredi, la première ministre Marois a convoqué une séance du Conseil des ministres pour 9h00.

L'élection aura probablement lieu au début du mois d'avril, 19 mois après le scrutin de septembre 2012 qui a fait élire un gouvernement minoritaire du Parti québécois.

Avant la dissolution imminente de l'Assemblée nationale, la députation se compose de 125 députés, dont 54 du Parti québécois, 49 du Parti libéral, 18 de la Coalition avenir Québec et 2 de Québec solidaire. Deux députés sont indépendants: Fatima Houda-Pepin et Daniel Ratthé.

La présidence de l'Assemblée nationale est assumée par le député libéral de Westmount/Saint-Louis, Jacques Chagnon. Malgré la dissolution, le président et les vice-présidents continuent d'occuper leur poste et d'exercer leurs fonctions au Bureau de l'Assemblée nationale jusqu'à ce qu'ils soient remplacés ou élus de nouveau.

Quant aux 26 ministres, ils restent aussi en fonction jusqu'à la désignation de leurs successeurs.

PLUS:pc