NOUVELLES
05/03/2014 04:12 EST | Actualisé 05/05/2014 05:12 EDT

Procès du gendre de Ben Laden: il était son "bras droit", affirme l'accusation

L'accusation a dépeint mercredi le gendre de Ben Laden comme le "bras droit" du chef d'Al-Qaïda qui a recruté du personnel pour tuer des Américains, au premier jour des débats d'un procès très médiatique qui s'est ouvert lundi à Manhattan.

Souleymane Abou Ghaith, 48 ans, est inculpé de complot visant à tuer des Américains, complot visant à apporter un soutien à des terroristes et soutien matériel à des terroristes. Il a plaidé non coupable et risque la réclusion à perpétuité.

Lors de l'ouverture des débats mercredi, l'accusé --costume sombre, chemise et cravate de soie bleue-- était assis aux côtés de ses avocats, les yeux rivés vers le jury de 18 personnes, écoutant l'accusation avec une traduction simultanée en arabe via une oreillette.

Selon le procureur Nicholas Lewin, Abou Ghaith n'est pas accusé d'avoir planifié ou mis à exécution les attentats du 11 septembre 2001 qui ont fait près de 3.000 morts, mais d'avoir recruté du personnel pour Al-Qaïda.

L'accusation affirme qu'il était aussi complice de la tentative d'attentat à la chaussure piégée de décembre 2001, sur un vol reliant Paris à Miami.

Elle a décrit Abou Ghaith comme un "fidèle" d'Al-Qaïda ayant rencontré Oussama ben Laden après avoir quitté le Koweït pour l'Afghanistan au printemps 2001.

Cette année-là, il passe son été à parler à des centaines de jeunes recrues de l'organisation extrémiste dans des camps d'entraînement afghans, les préparant à partir en guerre.

Abou Ghaith est connu pour être apparu dans une vidéo de propagande le 12 septembre 2001 aux côtés de Ben Laden et d'Ayman al-Zawahiri, alors numéro deux de l'organisation, devenu aujourd'hui son chef.

Selon le procureur, l'accusé a répondu à un appel personnel de Ben Laden quelques heures après le 11-Septembre, ce dernier demandant à cet "important spécialiste religieux" et à cet "orateur charismatique" de recruter des hommes pour le jihad.

"Oussama ben Laden lui a demandé de délivrer le décret de mort d'Al-Qaïda au reste du monde. Et qu'est-ce que l'accusé à fait? Il a accepté", a martelé Nicholas Lewin.

"Vous ne vous asseyez pas à l'entrée d'une grotte le 12 septembre 2001 aux côtés de l'homme le plus recherché de la planète si vous ne faites pas partie d'Al-Qaïda à un niveau très très élevé", a-t-il ajouté, notant qu'Abou Ghaith "était assis à la droite de Ben Laden".

Marié à la fille de Ben Laden Fatima, Abou Ghaith a travaillé pour l'organisation jusqu'en 2002, avant de fuir l'Afghanistan à la suite de l'invasion américaine pour se rendre en Iran.

Une main sur l'épaule de son client, l'avocat de la défense Stanley Cohen a pour sa part martelé que son client n'était "pas Oussama ben Laden".

"C'est Souleymane Abou Ghaith. C'est un musulman, un arabe, il est du Koweït, c'est un mari et un père de famille", a-t-il lancé. "Au final, il n'y a vraiment aucune preuve" contre lui, a-t-il ajouté.

Ce procès, qui se tient à une dizaine de blocs du World Trade Center, pourrait durer plusieurs semaines.

jm/sam/jca

PLUS:hp