NOUVELLES
05/03/2014 12:10 EST | Actualisé 05/05/2014 05:12 EDT

« Un vote pour la CAQ, c'est un vote pour le PQ » - Philippe Couillard

Le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, a accusé la première ministre Pauline Marois d'avoir déclenché des élections pour des raisons fallacieuses, mercredi, soulignant qu'un gouvernement péquiste tiendrait certainement un troisième référendum sur la souveraineté du Québec s'il était reconduit au pouvoir le 7 avril.

M. Couillard a également déclaré qu'un vote pour la Coalition avenir Québec, troisième dans les sondages, reviendrait à voter pour le Parti québécois.

Selon lui, Pauline Marois a divisé les Québécois au cours de son dernier mandat à la tête du gouvernement, notamment sur la question de l'identité - une blessure « qui sera « longue à guérir », a-t-il estimé.

Conformément à son slogan de campagne, M. Couillard s'est engagé à « parler des vraies affaires » comme l'emploi, l'économie, l'éducation et la santé.

Contrairement à Mme Marois, le chef du PLQ a pris du temps pour répondre aux questions des médias après sa déclaration de début de campagne. Interrogé sur la décision de la Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction de suspendre ses audiences à partir du 17 mars, M. Couillard a répondu qu'il préférait ne pas s'ingérer dans le travail de la juge France Charbonneau.

Il s'est également porté garant de l'intégrité de tous ses candidats.

PLUS:rc