NOUVELLES

L'ex-courtier français Kerviel a entamé une marche entre Rome et Paris après avoir vu le pape

05/03/2014 02:29 EST | Actualisé 04/05/2014 05:12 EDT

L'ancien trader français de la Societé générale Jérôme Kerviel, condamné à une peine de prison pour avoir fait perdre plusieurs milliards d'euros à la banque, a entamé une marche à pied entre Rome et Paris après avoir rencontré le pape François, a affirmé son entourage à l'AFP.

"C'est une marche contre la tyrannie des marchés, selon les mots mêmes du Saint-Père", a déclaré l'entourage de l'ancien banquier emblématique des dérives de la finance.

Jérôme Kerviel s'est brièvement entretenu le 19 février au Vatican avec le pape, à l'issue de l'audience générale Place Saint-Pierre. Il est de tradition à l'issue de ces audiences qu'une centaine de personnes se succèdent pour saluer et s'entretenir brièvement avec le pape ou lui demander sa bénédiction.

Jérôme Kerviel a ensuite décidé de rentrer à Paris en marchant, selon son entourage. Le trajet entre les deux capitales fait environ 1.400 kilomètres, et il a prévu des étapes de 15 à 30 km par jour et de dormir chez l'habitant, écrit le quotidien 20 Minutes, affirmant qu'il se trouvait mardi en Toscane.

A ce rythme, il ne devrait pas être arrivé à Paris le 19 mars, quand la Cour de cassation se prononcera sur son pourvoi.

Dans des déclarations au quotidien italien il Corriere della Sera, l'ancien trader, qui se trouvait mercredi aux portes de Sienne (centre), explique : après avoir vu le pape, "quelque chose s'est passé en moi et m'a donné la force de me mettre en chemin, pour reprendre en main ma vie".

"Mes pieds, mes jambes me font mal, j'ai des douleurs partout, parce que je ne suis pas habitué à marcher pendant tant de temps et que je n'ai pas fait de sport depuis dix ans", raconte-t-il.

Mais, ajoute-t-il, "je me sens bien dans ma tête, je me sens libre".

Le trentenaire explique n'avoir plus d'argent: "je marche avec 200 euros en poche, et mon budget quotidien est de 30-40 euros", avec lesquels il s'achète de quoi petit déjeuner et un plat de pâtes le soir.

Avant de se coucher, il consulte le plan de marche du lendemain que lui envoie par mail son comité de soutien à Paris.

Dans son sac à dos, précise le quotidien, "quelques vêtements, de l'arnica, des pansements en cas d'ampoules aux pieds, un IPad mini, un téléphone équipé d'un GPS (...) et une bouteille d'eau".

Condamné en première instance et en appel à la même peine de 5 ans d'emprisonnement dont 3 ferme et à un montant record de 4,91 milliards d'euros de dommages et intérêts, soit le total de la perte déclarée par la Société générale, Jérôme Kerviel risque l'incarcération à bref délai en cas de rejet du pourvoi.

fff-lrb/mle/ai

PLUS:hp