POLITIQUE
05/03/2014 09:33 EST | Actualisé 27/03/2014 09:37 EDT

Élections Québec : 16 circonscriptions à surveiller

Des luttes intéressantes sont à prévoir dans plusieurs circonscriptions au cours de la campagne électorale provinciale déclenchée mercredi matin. Le Huffington Post Québec a dressé une liste de 16 circonscriptions à surveiller dans les prochaines semaines. Dans certains cas, le député avait été élu avec une mince majorité. Or, tous les scénarios sont possibles dans un contexte d’élection avec trois principaux partis sur le fil de départ.

Abitibi-Est

En 2012, la péquiste Élizabeth Larouche avait réussi à défaire l’ancien ministre Pierre Corbeil, devenu par la suite maire de Val-d’Or, par 777 voix. Cette fois, la députée péquiste affrontera Guy Bourgeois, connu des milieux d’affaires de cette région et Sylvain Martel de la Coalition avenir Québec.

Beauce-Sud

L’ancien ministre, Robert Dutil avait réussi à gagner la circonscription de Beauce-Sud en 2012 avec 650 voix d’écart contre le candidat de la Coalition avenir Québec, Richard Savoie. En 2014, la CAQ mise sur Samuel Poulin, un ancien animateur de Radio et ancien militant libéral pour faire la lutte à l’actuel député. Le Parti québécois avait terminé troisième, loin derrière dans cette circonscription.

Bellechasse

L’ancienne ministre libérale, Dominique Vien, avait maintenu son siège en 2012 contre le caquiste Christian Lévesque par seulement 698 votes. Cette fois, la CAQ sera représentée par Stéphanie Lachance, une femme d’affaires ayant déjà travaillé dans le domaine de l’éducation. Le Parti québécois avait terminé troisième avec plus de 10 000 votes d’écarts lors de la dernière élection.

Blainville

C’est le transfuge péquiste devenu caquiste, Daniel Ratthé, qui avait gagné l’élection en 2012 par 2709 votes. Il a été expulsé du caucus de la Coalition par la suite. En 2014, la CAQ mise sur l’ancien bloquiste, Mario Laframboise pour remporter l’élection. Le Parti libéral, lui, sera représenté par Marie-Claude Collin, conseillère municipale à la ville de Blainville et ayant déjà défrayé les manchettes concernant des accusations de la part du Directeur général des élections. Selon Le Devoir, l’actuel président directeur de l’Agence métropolitaine de transports, Nicolas Girard, pourrait reprendre du service dans cette circonscription pour le Parti québécois.

Brome-Missisquoi

L’ancien ministre libéral et vieux routier de la politique, Pierre Paradis, avait maintenu son siège en 2012 avec seulement 303 voix contre son adversaire caquiste. En 2014, la CAQ envoie au bâton l'enseignant François Lemay.

Groulx

L’ancienne mairesse de Rosemère, Hélène Daneault avait réussi à gagner l’élection en 2012 pour la CAQ avec 1 763, contre le président du Parti québécois, Raymond Archambault. Cette fois, les péquistes misent sur l’ancienne présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec, Martine Desjardins, pour obtenir ce siège qui a déjà été gagné par le Parti libéral par le passé.

Johnson

L’actuel ministre péquiste, Yves-François Blanchet avait réussi à obtenir ce siège par seulement 203 votes contre le candidat caquiste. Cette circonscription n’existait pas avant la dernière élection.

La Prairie

Stéphane Le Bouyonnec, de la Coalition avenir Québec, avait réussi à gagner cette circonscription par une mince avance de 75 votes devant le candidat du péquiste, l’économiste Pierre Langlois. Ce dernier tentera à nouveau sa chance sous les couleurs du Parti québécois.

Nicolet-Bécancour

Le caquiste Donald Martel avait réussi à remporter l’élection en 2012, contre le député sortant et chef d’Option national, Jean-Martin Aussant par 1876 votes d’écart. Traditionnellement acquise aux péquistes, le parti de Pauline Marois avait cependant terminé quatrième avec la division des forces souverainistes dans cette circonscription. Cette fois, le Parti québécois mise sur Jean-René Dubois, un retraité du monde scolaire.

Papineau

Le bastion libéral de Papineau a été secoué par le PQ, en 2012, où le candidat libéral avait réussi à maintenir son siège avec seulement 167 votes, devant le candidat du Parti québécois.

Richmond

La fille de l’ancien ministre libéral, Yvon Vallières, et actuelle députée, Karine Vallières avait réussi à maintenir le siège de son père avec seulement 269 votes, contre son adversaire péquiste, Etienne-Alexis Boucher, à nouveau candidat.

Saint-François

L’actuel ministre de la Santé, Réjean Hébert a eu chaud lors des dernières élections, où il a remporté son siège avec seulement 65 votes, contre son adversaire du Parti libéral.

Saint-Jérôme

Jacques Duchesneau, candidat vedette pour la Coalition avenir Québec, avait remporté l’élection avec 897 votes, contre le député péquiste sortant, Gilles Robert. Selon les rumeurs, la Coalition fera confiance cette fois à une personnalité locale, dont l’identité sera dévoilée jeudi. Du côté du Parti québécois, l’actuel directeur de l’organisme Pallia-Vie et conseiller municipal de Blainville, Normand Dupont pourrait porter les couleurs, lui qui a déjà été candidat péquiste dans Vimont en 2003.

Trois-Rivières

La députée libérale, Danielle St-Amand avait remporté le siège avec 1001 votes contre la vedette péquiste, l’auteure et militante, Djemila Benhabib. Or, la députée sortante a annoncé son départ de la vie politique. Elle sera remplacée par, selon les informations, par Jean-Denis Girard, ancien président de la Chambre de commerce du secteur. Le parti de Pauline Marois mise sur Alexis Dechênes, ancien journaliste et une nouvelle recrue dans l’arène politique.

Verdun

Jacques Daoust, ancien président d'Investissement Québec, est pressenti pour être le candidat du PLQ dans Verdun, une circonscription laissée vacante par le départ de Henri-François Gautrin. Ce dernier avait remporté l’élection en 2012 avec 547 votes. M. Daoust fera possiblement face à Lorraine Pintal, directrice générale du Théâtre du Nouveau Monde, pour le Parti québécois.

Mégantic

Est-ce que la gestion des évènements de Lac-Mégantic va profiter au parti de Pauline Marois ? Chose certaine, la candidate péquiste, la directrice générale de la Chambre de commerce de la région, Isabelle Hallé, aura fort à faire pour gagner contre son adversaire et député libéral, Ghislain Bolduc, qui avait gagné son siège avec 1099 votes en 2012.

INOLTRE SU HUFFPOST

Qui se présente? Qui ne se présente pas?