NOUVELLES

Vietnam: deux ans de prison pour un important blogueur

04/03/2014 04:23 EST | Actualisé 03/05/2014 05:12 EDT

Un important blogueur vietnamien a été condamné mardi à deux ans de prison pour ses articles contre le régime communiste à parti unique, dernier cas d'une vague de répression contre la dissidence, a indiqué son avocat.

Truong Duy Nhat, 50 ans, était accusé d'avoir "abusé des libertés démocratiques pour porter atteinte aux intérêts de l'Etat", une accusation passible de sept ans de prison, lors d'un procès d'une demi-journée à Danang, dans le centre du pays, où il avait été arrêté en mai 2013.

"Il a été condamné à deux ans d'emprisonnement pour cette accusation qu'il a fermement niée, clamant son innocence", a déclaré à l'AFP son avocat, Tran Vu Hai.

L'AFP n'a pas été autorisée à couvrir son procès.

Nhat était l'auteur du blog "Un point de vue différent", depuis fermé, sur lequel il avait posté des critiques et commentaires sur la situation politique et sociale du pays.

Le blogueur avait travaillé pour la presse officielle jusqu'en 2011 avant de se concentrer sur son blog portant sur des questions politiques très sensibles.

Dans un article posté en avril 2013, Nhat avait même appelé à la démission de hauts dirigeants. "Le moment est venu pour un nouveau secrétaire général du Parti et un nouveau Premier ministre", afin de sortir le pays de ses difficultés économiques et politiques, avait-il notamment réclamé.

Lors du procès, Nhat a mis en avant qu'il était du devoir d'un "bon citoyen" de "critiquer les dirigeants de l'Etat et du Parti" communiste, a ajouté l'avocat Hai.

Lundi, le groupe Human Rights Watch (HRW) avait appelé les autorités à libérer Nhat, estimant qu'il ne pouvait être jugé "simplement pour être en désaccord avec le gouvernement et le Parti".

"Le procès de Truong Duy Nhat fait partie des vains efforts du gouvernement vietnamien de faire taire la communauté de plus en plus effervescente des blogueurs vietnamiens", a déclaré Brad Adams, directeur de HRW pour l'Asie.

Le Vietnam interdit les médias privés et tous les journaux et les chaînes de télévision sont gérés par l'Etat. Des avocats, blogueurs et militants sont régulièrement l'objet d'arrestations et de détentions arbitraires, selon les groupes de défense des droits de l'Homme.

Début février, le Vietnam avait été accusé devant le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à Genève d'avoir harcelé et emprisonné des critiques du régime.

Selon Reporters Sans Frontières, le Vietnam est juste derrière la Chine en nombre de blogueurs détenus, avec au moins 34 actuellement emprisonnés.

bur/ltl/dth/abk

PLUS:hp