NOUVELLES

«Poker» : quand une passion devient mode de vie et source de richesse

04/03/2014 10:19 EST | Actualisé 04/05/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - On parle beaucoup du jeu et de ses entourloupes qui font bien des malheureux, mais peu du poker qui, selon ses adeptes, n'est pas qu'un jeu de hasard mais plutôt un exercice d'habiletés qui exige une bonne maîtrise émotionnelle.

Comparer jeu et poker, c'est comme opposer le fêtard à l'épicurien, l'un se gave, l'autre déguste. Enseignants, chauffeurs d'autobus, retraités, toutes les couches de la société sont représentées autour des tables de jeu qui attirent également beaucoup d'artistes: Jean-Michel Anctil, Bruno Landry, Jean-Thomas Jobin, Guy A. Lepage et plusieurs autres dont Nanette Workman, bien que les femmes y soient en nette minorité. Isabelle Mercier représente l'exception. La championne issue de Victoriaville parle de sa passion qui l'amène à vivre sur tous les continents avec des arrêts plus fréquents à Monaco, devenu son point de chute. Isabelle, qui s'est fait connaître dans les tournois pour sa rigueur et son intransigeance, d'où son surnom «No Mercy», s'avère un cas exceptionnel.

Puis, notre champion de Boucherville, Jonathan Duhamel, maintenant joueur professionnel multimillionnaire, voyage partout à travers le monde pour éprouver son art. Il n'a pas encore 30 ans et le jeune homme a acquis une expérience de vie hors du commun. Sans contredit, il a su mettre à profit la citation de Charles Perrault: «C'est le vrai droit du jeu de tromper le trompeur». À Canal D, ce dimanche, 19h.

La musique et son mystère

À «Planète Science», on apprend que la musique occupe un endroit bien précis du cerveau et ce siège serait le dernier détruit par la maladie d'Alzheimer. Voilà pourquoi les personnes en perte de cognition arrivent tout de même à fredonner des chansons engrangées dans leurs souvenirs ou jouer des pièces musicales même compliquées.

Le Dr Daniel Levitin, neuroscientifique de l'Université McGill, mais aussi musicien et auteur («This Is Your Brain On Music: The Science of a Human Obsession»), a mené une expérience à laquelle le très aimé Sting, connu mondialement, a bien voulu se soumettre. Sujet de la recherche: que se passe-t-il dans le cerveau d'un musicien en période de création et plus généralement, quels sont les effets de la musique sur le cerveau humain. Si l'être humain, tous âges confondus, est si sensible à cet art, c'est précisément parce que la musique est un véhicule émotionnel qui traduit en sons l'intensité des émotions qui nous habitent. La musique parle un langage universel et, tel un mystère ou une grâce, touche le cœur des hommes.

Michael Bublé, Wyclef Jean et Feist expliquent que si les femmes sont si attirées par les musiciens et les chanteurs, c'est fort probablement parce que ces artistes se livrent corps et âme à leur public. D'eux se dégagent force et créativité qui exercent ce pouvoir d'attraction sur un auditoire. À Télé-Québec, le lundi 10 mars, 20h.

Luis Mariano à l'honneur

Ténor espagnol décédé à 56 ans d'une hémorragie cérébrale, Luis Mariano, né en 1914, aura vendu quelque 30 millions de disques en à peine 25 ans de carrière. Il doit à «La Belle de Cadix», au «Chanteur de Mexico» à «L'amour est un bouquet de violettes» sa foudroyante carrière que Charles Aznavour, Serge Lama, Annie Cordy, Les Stentors, Patrick Fiori, The Gypsies, Arielle Dombasle et plusieurs autres souligneront ce samedi, 20h à TV5, au «Grand Show / 70 ans d'opérette».

Le succès des «Beaux Malaises» est-il dû au fait que Martin Matte excelle même dans la gaffe ou parce qu'on se reconnaît dans ces bêtises, si nombreuses que le concepteur-acteur est à préparer une deuxième saison? Quoi qu'il en soit, le mercredi 12 mars, 21h, à TVA, Marcel, un très vieil oncle de Julie, vient visiter la famille… pour 24 heures. Pourquoi frissonne-t-on à la seule idée de la présence d'une personne âgée aux côtés de l'humoriste durant plus d'une heure?

Jusqu'à la fin des années 1980, le boxeur Mike Tyson est champion du monde poids-lourd. Par la suite, sa vie se déroule en dents de scie, bons coups et fautes graves se succédant. Plutôt que sur un ring, c'est maintenant sur la scène que Tyson s'exécute en racontant l'histoire de sa vie, pas banale du tout, n'excluant aucun mauvais chapitre: viol, prison, faillite, cocaïne, un récit qui n'a rien d'une confession parce que l'ancien pugiliste, en plus de savoir donner des coups, sait charmer. «Mike Tyson: la vérité incontestée», ce dimanche, 21h, à Super Écran.

À RADIO-CANADA: Place au cinéma d'ici, ce week-end. D'abord, ce samedi, 15h, «Un cargo pour l'Afrique» de Roger Cantin; à 23h10, «Grande Ourse - La clé des possibles» de Patrice Sauvé; à 1h10, «Le poil de la bête» de Philippe Gagnon. Et le dimanche 9 mars, 15h, «1981» de Ricardo Trogi; «Coteau rouge» d'André Forcier à 23h25; «Martha qui vient du froid» de Marquise Lepage à 1h50 pour les couche-tard. À «Découverte», ce dimanche, 18h30, on reprend la série «Au cœur du corps humain», en quatre épisodes, qui débute par la vocation des spermatozoïdes une fois lancés à la conquête de l'ovule bien à l'abri dans le château-fort de l'ovaire.

À TÉLÉ-QUÉBEC: Ce samedi, Journée des femmes, participent à «Belle et Bum» Lynda Lemay, Renée Claude, Random Recipe, Laetitia Zonzambé, Kim Richardson et Pascale Bussières au Piano à gogo, à 21h. Pour se soustraire à la guerre civile à l'époque du règne de Franco, en Espagne, Manuel Cortés, maire de Mijas, en Andalousie, s'est caché dans sa maison. Après le conflit, les nationalistes voulaient régler le compte des «taupes». Craignant les représailles, Manuel, d'une année à l'autre, est demeuré emmuré durant trente ans avant de pouvoir sortir de son terrier. «Pour l'Histoire / 30 ans d'obscurité», ce dimanche, 20h.

À TV5: Avec sa fille, Lili, André Robitaille s'est rendu au Pérou, dans la cordillère des Andes. Père et fille ont visité quatre villages où on les a initiés à des activités très locales comme leurs techniques de tissage, la fabrication de la chicha, la fête à la Terre-mère avec la bénédiction des lamas et le Bar-B-Q, qui consiste à cuire les aliments sur des pierres chauffées à blanc, à «Partir autrement», le mardi 11 mars, 19h. Des jeunes expliquent pourquoi ils ont choisi de devenir thanatologues, aussi appelés embaumeurs. Qu'est-ce qui peut bien attirer de jeunes personnes à s'investir dans ce domaine qui rebute tant de gens? Il faut savoir que la préparation des corps consiste à soulager, d'une certaine façon, la peine des familles, car on explique que le mort n'a plus besoin de rien mais qu'on tente de rendre au défunt, autant que faire se peut, l'apparence qu'on lui a toujours connue. En fait, les funérailles sont surtout une célébration pour les vivants. «Télé Réalité / Les Vivants», le mardi 11 mars, 19h.

À ARTV: Hélène dans «Yamaska», la comédienne Anne-Marie Cadieux occupe les plateaux de télévision, de cinéma tout autant que les scènes de théâtre. Cette fois, on frappe à la porte de sa magnifique maison toute en lumière, aménagée selon ses goûts, sobres et chics, par son conjoint, un entrepreneur qui a su lui construire le nid d'amour qu'elle souhaitait. «Visite libre», le lundi 10 mars, 19h.

À CANAL VIE: Personne n'a oublié le triple assassinat des enfants du couple Patrick Desautels et Sonia Blanchette, de Ste-Christine en Montérégie, en décembre 2012. À «Cris du cœur 2», on prend des nouvelles du papa, défendu par Me Marc Bellemare, parce que l'IVAC (Indemnisation des victimes d'actes criminels) refusait de le considérer comme victime malgré le fait que l'homme était complètement démoli. Heureusement, il y a eu l'indescriptible solidarité des citoyens pour lui venir en aide et lui permettre de reprendre pied. Le lundi 10 mars, 20h.

À SUPER ÉCRAN: Dans «Eaux troubles», Bailey (James Gandolfini) apprend soudainement la mort de sa sœur par un individu qui se dit son mari (Edoardo Costa). Ce deuil s'ajoute à d'autres blessures qui viennent frapper Bailey de plein fouet, ce samedi, 19h25.

PLUS:pc