NOUVELLES

Marois veut un mandat majoritaire pour faire adopter la charte de la laïcité

04/03/2014 08:55 EST | Actualisé 04/05/2014 05:12 EDT

QUÉBEC - La chef péquiste Pauline Marois va demander mercredi à la population du Québec de lui donner un gouvernement majoritaire, seule façon de faire adopter sa charte de la laïcité.

Quelques heures avant le déclenchement d'élections générales, la première ministre Marois a fait une sorte de répétition générale, en se présentant à la soirée d'investiture de sa candidate Dominique Payette, dans Charlesbourg, mardi soir, devant une foule de militants venus l'entendre.

Mme Marois n'a pas cherché à cacher l'évidence: le Québec s'apprête à vivre une campagne électorale. «Nous aborderons bientôt, bientôt une nouvelle étape», qui permettra de compléter le travail amorcé. Elle aura besoin d'un gouvernement majoritaire pour mener à bien ces projets et «aller encore plus loin».

«Je vous remercie de travailler à ce que cette équipe forme un prochain gouvernement majoritaire du Parti québécois», a-t-elle lancé à ses militants.

Dans son discours, Mme Marois a d'abord tracé le bilan des 18 mois de son gouvernement minoritaire, en mettant surtout l'accent sur les questions identitaires: le projet de charte de la laïcité, la réforme souhaitée de la loi 101 pour «poursuivre l'aventure de l'Amérique en français», ou encore le renforcement de l'enseignement de l'histoire «du primaire à l'université».

Elle a parlé du «pays du Québec» et a dit qu'elle voulait continuer à mener le combat de l'ex-premier ministre René Lévesque, fondateur du Parti québécois.

Elle a insisté sur la controversée charte de la laïcité, ne laissant planer aucun doute sur le fait qu'elle fera partie des enjeux de la campagne.

«Nous ferons adopter une charte qui affirme les valeurs québécoises de l'égalité entre les hommes et les femmes et de laïcité. Nous le ferons», a martelé Mme Marois, soulevant les applaudissements de quelque 150 militants réunis dans un hôtel en banlieue de Québec.

Quelques heures plus tôt, le chef libéral Philippe Couillard avait prétendu le contraire, affirmant que la charte ne serait pas un enjeu de la campagne électorale.

Si tout se passe comme prévu, le conseil des ministres se réunira à neuf heures mercredi pour adopter les deux décrets nécessaires au déclenchement des élections. Mme Marois se rendra ensuite chez le lieutenant-gouverneur pour lui demander de dissoudre la Chambre. Elle prendra la parole par la suite, avant d'entreprendre sa tournée électorale.

PLUS:pc