NOUVELLES

Abdel-Fattah el-Sissi devrait briguer la présidence égyptienne

04/03/2014 08:36 EST | Actualisé 04/05/2014 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - Le chef de l'armée égyptienne, le feld-maréchal Abdel-Fattah el-Sissi, a indiqué plus clairement que jamais, mardi, qu'il entend briguer la présidence de son pays, quand il a déclaré qu'il ne «peut pas tourner le dos» aux Égyptiens qui lui demandent de se présenter.

La victoire de M. el-Sissi est pratiquement assurée, en raison de la vaste popularité dont il jouit depuis qu'il a chassé du pouvoir le président islamiste Mohammed Morsi.

Une fervente campagne médiatique, anti-islamiste et nationaliste, lancée l'été dernier vante le feld-maréchal el-Sissi comme étant le sauveur du pays.

Des médias favorables à l'armée préviennent depuis des semaines que l'annonce de la candidature de M. el-Sissi est imminente. Le mois dernier, le Conseil suprême des forces armées, le plus important regroupement de généraux, a donné son aval à sa candidature présidentielle.

Les commentaires de M. el-Sissi mardi, lors d'un discours prononcé devant des cadets militaires, l'approchent à un cheveu d'une déclaration officielle de sa candidature. Il a laissé entendre qu'il n'attend plus que l'adoption d'une loi encadrant le vote présidentiel et l'annonce de la date du scrutin.

Le vote doit se dérouler avant la fin du mois d'avril.

Quand les cadets l'ont questionné au sujet d'une éventuelle candidature, M. el-Sissi a répondu: «Celui qui aime son pays et qui aime les Égyptiens ne peut ignorer les désirs de tant de gens, ou tourner le dos à leur volonté, aurait-il déclaré, selon des extraits publiés sur Facebook par un porte-parole militaire. Les prochains jours verront la fin des procédures qui sont officiellement nécessaires dans ce contexte.»

«Ne croyez pas que l'Égypte peut se tenir debout sans que nous nous aidions mutuellement et que nous joignions les mains pour résoudre les problèmes qui s'accumulent depuis plus de 30 ans, a-t-il ajouté. Personne ne peut régler ces problèmes seul, mais seulement quand les Égyptiens sont solidaires.»

S'il est élu président, M. el-Sissi devra s'attaquer à une multitude de problèmes économiques, sociaux et de sécurité, qui mettront durement à l'épreuve sa popularité. L'armée s'est aussi solidement rangée derrière sa candidature, et la plus puissante institution du pays pourrait être ébranlée par d'éventuels troubles politiques.

PLUS:pc