NOUVELLES

Ukraine: l'acceptation par Moscou d'un "groupe de contact" serait une "avancée" (Fabius)

03/03/2014 02:37 EST | Actualisé 02/05/2014 05:12 EDT

L'acceptation par le président russe Vladimir Poutine de la création d'un "groupe de contact" sur la crise en Ukraine, si elle se confirme, constituerait une "avancée", a estimé lundi le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius.

"Si c'est le cas, ce serait une avancée", a déclaré lundi le ministre à la radio RTL. Le ministre a indiqué que, selon son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier, la réponse de Moscou devrait être formalisée lundi matin.

Selon le gouvernement allemand, Vladimir Poutine a accepté la proposition de la chancelière Angela Merkel de création d'un "groupe de contact" pour entamer "un dialogue politique" sur l'Ukraine, sous la direction de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

"La Crimée de fait est sous contrôle russe", a aussi déclaré M. Fabius. "Clairement, s'installer dans un pays contrairement au droit international, c'est violer la loi internationale", a-t-il ajouté.

Il a estimé que la question de la suspension des contrats de livraison d'armes françaises à la Russie était prématurée: "Nous n'en sommes pas là. Pour le moment, nous en sommes à essayer de stopper le mouvement russe en Ukraine et d'autre part, à établir le dialogue", a-t-il dit, interrogé sur une éventuelle suspension par Paris d'une vente de navire de guerre Mistral à Moscou.

"Il faut préserver l'intégrité de l'Ukraine, c'est de l'intérêt de la Russie car elle est très engagée économiquement en Ukraine", a encore indiqué M. Fabius. Il a enfin indiqué s'être entretenu à plusieurs reprises avec son homologue russe Sergueï Lavrov et précisé que ce dernier était attendu mercredi à Paris pour participer à une réunion internationale sur le Liban, à laquelle assisterait aussi le secrétaire d'Etat américain John Kerry.

cr/prh/abk

PLUS:hp