NOUVELLES

Ukraine: la Turquie s'inquiète pour la minorité des Tatars turcophones

03/03/2014 03:01 EST | Actualisé 02/05/2014 05:12 EDT

La situation en Ukraine est "suivie de près" par la Turquie, qui s'inquiète notamment du sort de la minorité des Tatars turcophones dans la province autonome de Crimée où la Russie a dépêché des forces armées, a-t-on indiqué lundi de source turque.

"Nous avons un important devoir de mémoire envers les Tatars, et nous sommes en discussion avec les parties concernées pour que cette dispute ne dégénère pas en conflit armé. Nous ne pouvons rester simples spectateurs de ce qui se passe là-bas", a expliqué à l'AFP une source gouvernementale.

Lundi soir, le chef de l'Etat Abdullah Gül a convoqué une réunion avec le chef de la diplomatie turque et le n°2 de son ministère, l'ambassadeur Feridun Sinirlioglu.

M. Davutoglu a souligné lors de l'entretien que "la position officielle de la Turquie dans ce conflit est la sauvegarde de l'intégrité territoriale de l'Ukraine", a-t-on souligné dans son entourage.

Le ministre turc a aussi exprimé son souhait de rencontrer dans les plus brefs délais son homologue russe Sergueï Lavrov, rapporte le site internet du journal Hürriyet.

Pendant le week-end, des membres de la diaspora tatare en Turquie ont manifesté à Ankara, Istanbul ou Konya (centre) pour dénoncer l'intervention de la Russie en Crimée. "Non à la Russie, la Crimée doit rester ukrainienne", ont scandé les manifestants dimanche à Ankara devant l'ambassade de Russie.

M. Davutoglu s'est rendu d'urgence à Kiev samedi et s'est entretenu de la situation au téléphone avec ses homologues américain, allemand, français et polonais, selon son ministère.

"La Turquie fera tout son possible pour assurer la stabilité de la Crimée au sein d'une Ukraine unie", a assuré dimanche M. Davutoglu, qui doit rencontrer lundi des représentants de la minorité tatare.

"Les droits des Tatars et leur existence doivent être garantis", a-t-il déclaré lors d'un entretien télévisé.

Selon la Turquie, alliée de l'Otan, 12% des habitants de Crimée sont des Tatars turcophones et musulmans de confession sunnite, comme la majorité des Turcs.

La Crimée était sous le contrôle de l'empire ottoman avant de passer sous domination russe à la fin du XVIIIe siècle, et les Tatars, alors majoritaires, y furent progressivement poussés à l'exode.

La Turquie entretient des rapports culturels étroits avec cette communauté. Elle a réalisé récemment plusieurs projets (logement, infrastructure, éducation...) en Crimée par l'intermédiaire de différents organismes dont l'Agence turque de coopération et de coordination (TIKA) qui dispose d'une permanence à Simféropol, capitale de la Crimée.

BA/mr

PLUS:hp