NOUVELLES

Meurtre de Steenkamp: Pistorius plaide non coupable à l'ouverture de son procès

03/03/2014 05:27 EST | Actualisé 03/05/2014 05:12 EDT

PRETORIA, Afrique du Sud - La première témoin appelée au procès pour meurtre du célèbre athlète sud-africain Oscar Pistorius a déclaré lundi avoir entendu les cris «terrifiants» d'une femme avant que quatre coups de feu ne retentissent, le matin où le double amputé a tué sa petite amie.

Michelle Burger, qui habite près de la résidence de Pistorius, a raconté que son mari et elle ont été réveillés par ces cris un peu avant l'aube, le 14 février 2013. C'est à ce moment que Pistorius a tué Reeva Steenkamp en tirant quatre coups de feu dans la porte de la salle de bain.

Pistorius affirme qu'il a abattu Mme Steenkamp par erreur, en croyant à la présence d'un intrus chez lui. La poursuite allègue plutôt qu'il a tiré intentionnellement sur elle à la suite d'une dispute.

Le témoignage de Mme Burger contredit la version de Pistorius, qui a dit croire que Mme Steenkamp se trouvait au lit. Il n'a pas non plus raconté avoir entendu de femme crier.

«C'était très traumatisant, a dit la témoin. On pouvait entendre ces cris terrifiants. C'est impossible à décrire avec des mots. La panique dans sa voix, sa peur. Ça donnait des frissons.»

Mme Burger a ensuite ajouté: «Elle a crié terriblement et elle a hurlé à l'aide», puis elle a témoigné qu'elle a aussi entendu un homme demander de l'aide quand les coups de feu ont été tirés.

L'avocat de Pistorius, Barry Roux, a entrepris son contre-interrogatoire en demandant à Mme Burger si elle pensait que Pistorius est un menteur. Elle a refusé de répondre par oui ou par non, mais a plutôt répété sa version des faits.

«Je peux simplement dire au tribunal ce que j'ai entendu ce soir-là, a-t-elle dit. Je ne peux pas expliquer comment je pourrais entendre une voix de femme aussi clairement, mais pas M. Pistorius.»

M. Roux lui a ensuite reproché d'avoir changé son témoignage, comparativement à ses déclarations à la police immédiatement après le crime, en ajoutant le qualificatif de «terrifiant» lors de ses propos en cour.

M. Pistorius avait précédemment plaidé non-coupable à tous les chefs d'accusation portés contre lui.

Avant de se rendre à la barre, Oscar Pistorius, qui est en liberté sous caution pendant les procédures judiciaires, est passé devant des membres de la famille de Mme Steenkamp. La mère de cette dernière a dit avoir assisté à l'audience pour pouvoir le regarder dans les yeux.

«Peu importe la décision du tribunal, à la fin du procès, je serai prête à lui pardonner, a dit June Steenkamp. Mais je veux tout d'abord l'obliger à me regarder dans les yeux, moi, la mère de Reeva, pour voir toute la douleur et toute l'angoisse qu'il me cause. J'ai besoin de ça.»

Des portions du procès seront diffusées en direct à la télévision, mais le témoignage de Pistorius ne pourra être montré.

Un élément de preuve clef sera l'analyse des traces de sang trouvées dans la salle de bains. Elle pourrait donner une indication de la position de la victime lorsqu'elle a été atteinte par balles.

D'autres éléments de preuve pourraient émerger du contenu des téléphones mobiles de Mme Steenkamp et Pistorius trouvés dans la maison.

Les procureurs ont fait savoir que si l'athlète de 27 ans était trouvé coupable, ils réclameraient qu'il soit emprisonné à perpétuité.

PLUS:pc