NOUVELLES

Harper s'entretient avec Iatseniouk; condamne l'intervention militaire russe

03/03/2014 03:39 EST | Actualisé 03/05/2014 05:12 EDT

OTTAWA - Le premier ministre Stephen Harper a discuté lundi avec son homologue ukrainien, Arseni Iatseniouk, pour «critiquer sévèrement» l'intervention militaire russe en Crimée.

Le chef conservateur a insisté sur le fait que la souveraineté et l'intégrité du territoire ukrainien devaient être respectées. Selon son directeur des communications, Jason MacDonald, il a par ailleurs réitéré l'offre d'une aide canadienne pour la période de transition, possiblement pour l'organisation d'élections. Les deux hommes politiques ont convenu de demeurer en étroite communication.

Dans un discours livré à Toronto, M. Harper a également haussé le ton et prévenu que les actions du président russe Vladimir Poutine ne seraient pas sans conséquences pour la communauté internationale.

«Les gestes du président Poutine mènent son pays vers un isolement diplomatique et économique qui pourraient bien donner lieu à l'exclusion complète de la Russie du G8», a-t-il dit.

Ottawa a déjà rappelé son ambassadeur à Moscou, suspendu les préparatifs pour le sommet du G8 qui doit se tenir à Sotchi au mois de juin et annulé sa représentation gouvernementale aux Jeux paralympiques au même endroit. «Et j'ai demandé à nos responsables d'examiner toutes les interactions bilatérales prévues avec la Russie», a ajouté M. Harper.

Le ministre d'État au Sport, Bal Gosal, a indiqué lundi soir, que le Canada n'enverra pas de représentant gouvernemental officiel aux Jeux paralympiques qui s'amorceront vendredi à Sotchi, en Russie. Les athlètes y participeront malgré la tourmente. «En compagnie des Canadiens des quatre coins du pays, nous regarderons nos athlètes alors qu'ils défendront les couleurs du Canada, arborant fièrement la feuille d'érable, nous les encouragerons et ils auront toute notre confiance», a déclaré M. Gosal par voie de communiqué.

Il est également revenu sur sa conversation avec le premier ministre ukrainien. «J'ai passé ce message à la population de l'Ukraine: le Canada garantit son amitié et son soutien indéfectible aux efforts que vous déployez pour défendre votre souveraineté et rétablir la stabilité économique et politique», a-t-il dit.

Le position ferme prise par le gouvernement conservateur dans le dossier obtient l'aval des autres partis aux Communes. Dans une rare unanimité, les députés ont adopté lundi une motion du député conservateur Ted Opitz condamnant entre autres «l'intervention provocatrice de la Russie en Ukraine».

Par cette motion, la Chambre «exhorte la Russie à rappeler ses forces militaires et à respecter l'intégrité territoriale ainsi que la souveraineté de l'Ukraine» et soutient officiellement le rappel de l'ambassadeur canadien à Moscou.

Aux yeux de la députée néo-démocrate Hélène Laverdière, l'action concertée — sur la plan national et international — est la seule voie à adopter dans de pareilles situations.

«L'important en ce moment, le mot-clé, c'est "coordination", c'est "travailler ensemble". On l'a fait ici aujourd'hui au Parlement en adoptant cette motion à l'unanimité», a-t-elle soutenu.

Le député libéral Dominic LeBlanc apporte toutefois une nuance. Si les libéraux appuient la motion, ils estiment toutefois que le rappel de l'ambassadeur à Moscou devrait être de courte durée, compte tenu de l'importance de sa présence sur le terrain pour les autorités canadiennes.

PLUS:pc