NOUVELLES

Barack Obama présentera un budget visant à plaire aux démocrates

03/03/2014 11:50 EST | Actualisé 03/05/2014 05:12 EDT

WASHINGTON - Le président américain Barack Obama renonce à réduire les prestations de la sécurité sociale et demandera des nouveaux fonds pour les infrastructures, l'éducation et la formation de la main d'oeuvre dans le budget qu'il compte dévoiler mardi.

M. Obama semble vouloir renforcer l'unité du Parti démocrate plutôt que de trouver des compromis avec les républicains en cette année électorale.

Mais ce budget de presque quatre mille milliards de dollars ne devrait pas avoir une longue existence. Il est déposé trois mois après une entente bipartisane entre le Congrès et la Maison-Blanche qui a déjà déterminé les paramètres de ce budget. Les démocrates, qui contrôlent le Sénat, ont déjà annoncé qu'ils se concentreront sur les crédits pour 2015, se fiant sur le nouveau plafond des dépenses prévues par l'entente de décembre.

Le président prévoit partager de façon égale les fonds supplémentaires entre le Pentagone et des mesures intérieures, notamment en aidant les usines de fabrication, la formation de la main d'oeuvre et la réduction du gaspillage énergétique. Les républicains vont sans doute critiquer ce programme qui devrait être financé par la réduction des crédits d'impôts pour les groupes d'intérêts et la diminution des dépenses dans d'autres secteurs du budget.

M. Obama a déjà annoncé un programme de quatre ans de 302 mille milliards de dollars pour les autoroutes, des projets ferroviaires et le transport collectif. La moitié de ce programme sera financé par l'impôt sur les sociétés.

En cette années électorale, le président a abandonné son idée — à laquelle s'opposaient une majorité de démocrates — ne pas augmenter les prestations de sécurité sociale au même rythme que le coût de la vie. Il renonce aussi à son projet présenté dans le Discours sur l'état de l'Union d'augmenter le crédit d'impôt pour les travailleurs sans enfant.

Les républicains devraient rejeter la plupart des propositions de M. Obama. Déjà, le président du comité budgétaire de la Chambre des représentants, Paul Ryan, a déclaré que les programmes nationaux pour combattre la pauvreté devraient être modifiés.

PLUS:pc