NOUVELLES

Ukraine: Londres suspend sa participation aux préparatifs du G8 de Sotchi

02/03/2014 09:03 EST | Actualisé 02/05/2014 05:12 EDT

Le ministre des Affaires étrangères William Hague a annoncé dimanche que le Royaume-Uni suspendait sa participation aux réunions préparatoires du G8 de Sotchi, avant de se rendre à Kiev.

"Le Royaume-Uni va se joindre à d'autres pays du G8 cette semaine en suspendant notre coopération sous l'égide du G8, que la Russie préside cette année, ce qui inclut les réunions de cette semaine pour la préparation du sommet du G8 et ensuite nous allons garder cette approche pour les prochaines réunions du G8 à l'étude", a annoncé sur la chaîne de télévision Sky News le chef de la diplomatie britannique.

"Il est essentiel que nous fassions tout ce qui est possible pour apaiser les tensions", a-t-il ajouté alors qu'il se trouvait sur le tarmac d'une base militaire britannique, prêt à monter à bord d'un avion pour gagner Kiev.

"Nous devons admettre que la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine ont été violées et cela ne peut pas être la manière de gérer les affaires internationales", a-t-il poursuivi.

"Les Ukrainiens m'ont dit ces derniers jours qu'ils ne multiplieraient pas les provocations et, évidemment, je vais leur conseiller vivement de maintenir cette approche", a-t-il également dit.

"Nous allons également continuer à exhorter les Russes à parler directement aux Ukrainiens via les ministres et les canaux militaires", a-t-il déclaré, ajoutant que "jusqu'à présent, ils n'ont pas voulu le faire".

"J'ai insisté hier auprès du ministre Lavrov (Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe) pour qu'il le fasse".

En l'absence de ce dialogue, "nous devons explorer d'autres voies pour qu'ils se parlent sous les auspices des Nations unies ou de l'OSCE, donc je veux en discuter avec eux", a-t-il précisé.

"Les décisions sur l'avenir vont dépendre de ce qui va se passer dans les jours à venir. (...) Notre réponse est diplomatique et pacifique et c'est ce qu'elle doit être", a-t-il insisté.

"Mais il va s'agir d'une réponse diplomatique très unie, pas seulement de la part du monde occidental mais également de la part de beaucoup d'autres pays dans le monde, et la Russie doit y réfléchir sérieusement", a-t-il conclu.

ar-mc/sym

PLUS:hp