NOUVELLES

Les crimes violents auraient coûté près de 13 milliards $ en 2009

02/03/2014 03:09 EST | Actualisé 02/05/2014 05:12 EDT

OTTAWA - Un nouveau rapport laisse entendre que les crimes violents au Canada ont un important coût financier, à la fois pour les victimes et pour le système judiciaire.

Selon une étude du ministère de la Justice, tous les cas de crimes violents commis en 2009 ont coûté 12,7 milliards $, révèlent la compilation tenant compte de dizaines de facteurs allant des soins médicaux aux salaires perdus en raison du temps passé au tribunal, en passant par les coûts pour le filet social.

Il s'agit de la quatrième étude du genre réalisée par le ministre depuis 2011 pour examiner le prix associé au crime au pays. Toutes ces études se sont penchées sur l'impact sur les victimes.

Le plus récent rapport, complété en décembre, concernait tous les cas d'agression, de harcèlement criminel, d'homicide, de vol et d'agressions sexuelles et autres crimes de cette nature survenus en 2009.

Ce projet s'est basé sur des données compilées par la police et les tribunaux, ainsi que des informations tirées de sondages réalisés par Statistique Canada.

La plus grande part de ces coûts — 4,98 milliards $ — est attribuée aux crimes de nature sexuelle, où 92 pour cent des victimes sont des femmes.

Ce sont les victimes qui ont assumé la majorité des frais découlant de l'ensemble des types de crimes, 10,6 milliards $, les frais encourus par le système de justice criminelle et les tierces parties arrivant loin derrière.

«Les impacts sont éventuellement ressentis par l'ensemble des Canadiens, sous la forme de dépenses publiques pour le système judiciaire et les services sociaux», mentionnent les auteurs.

La Presse Canadienne a obtenu ce rapport publié en décembre 2013 en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

Ce domaine de recherche, inauguré par les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Australie, est présenté comme aidant à démontrer les effets économiques potentiels de la réduction de la criminalité, et pour offrir des informations aux gouvernements afin de mieux répartir les ressources.

«Ces travaux aident les législateurs et les concepteurs de programmes sociaux à comprendre où se situent les plus importants impacts de la criminalité pour les gouvernements, les entreprises et ceux ayant vécu de la violence», mentionne le porte-parole de Justice Canada, Andrew Gowing.

Le ministre fédéral de la Justice Peter MacKay a promis une charte des droits des victimes pour cette année, et le ministère soutient avoir offert plus de 120 millions $ depuis 2006 pour les initiatives visant à venir en aide aux victimes, dont une partie a été versée par les provinces.

PLUS:pc