NOUVELLES

La Nouvelle Vague française perd l'un de ses plus importants représentants

02/03/2014 07:20 EST | Actualisé 02/05/2014 05:12 EDT

PARIS - L'un des grands du cinéma français, le réalisateur Alain Resnais, est décédé samedi, à Paris, à l'âge de 91 ans.

Alain Resnais, qui a été l'un des premiers à expérimenter de nouvelles façons de faire au cinéma, avait connu une popularité mondiale avec son film «Hiroshima mon amour» en 1959.

Même alité à l'hôpital, le réalisateur était en train de travailler sur son prochain film, a indiqué le producteur de ses derniers films, Jean-Louis Livi.

«Il était un homme de la plus grande qualité, un génie», a dit M. Livi sur les ondes de France Info, dimanche. Il a confirmé la mort du cinéaste avec «une énorme tristesse mêlée d'une grande fierté».

Le président français François Hollande a déclaré que la France avait perdu «l'un de ses plus grands réalisateurs».

«Il a reçu tous les hommages et les honneurs. Mais ce qui comptait pour lui, c'était le projet suivant», a témoigné M. Hollande.

Alain Resnais demeurait un cinéaste actuel. Pas plus tard qu'il y a quelques semaines, sa comédie Aimer, Boire et Chanter a obtenu un Ours d'argent à la Berlinale.

Plusieurs observateurs de la scène cinématographique estiment que «L'Année dernière à Marienbad» est sans doute le film plus marquant d'Alain Resnais. Ce long-métrage, sorti en 1961, est souvent cité parmi les oeuvres fondamentales de la Nouvelle Vague française. La carrière du cinéaste se prolonge bien au-delà de cette période.

«Je suis un peu surpris d'être aussi saisi par la mort de quelqu'un âgé de 91 ans. Habituellement, nous accueillons ces nouvelles avec une calme tristesse», a commenté Denis Podalydès, qui a joué dans l'un des derniers films de Resnais, Vous n'avez encore rien vu.

«La jeunesse intellectuelle de cet homme était surprenante», a-t-il ajouté.

Le délégué général du Festival de Cannes, Thierry Frémaux, a dit sur les ondes de BFMTV, une chaîne française, que Resnais était «un de ces cinéastes qui laisseront une trace dans l'histoire du cinéma». Sur une autre chaîne, il a dit que Resnais «poussait l'expérimentation esthétique et narrative assez loin et il a complètement renouvelé son style.»

Il a remporté le César du meilleur film à trois reprises, pour Providence (1978), Smoking/No Smoking (1994) et On Connaît la Chanson (1998).

Il obtient le Grand Prix du Jury du festival de Cannes en 1980 pour Mon Oncle d'Amérique.

Le cinéaste a également reçu un Oscar en 1950 pur un court-métrage.

Depuis la fin des années 1980, Alain Resnais partageait sa vie avec la comédienne Sabine Azéma, son actrice fétiche. Les acteurs Pierre Arditi, André Dussolier et Lambert Wilson ont aussi joué dans plusieurs de ses films.

PLUS:pc