NOUVELLES

Dates clés de la crise en Ukraine

02/03/2014 11:30 EST | Actualisé 02/05/2014 05:12 EDT

Principaux événements depuis le 18 février en Ukraine, qui s'est déclarée dimanche "au bord de la catastrophe" à la suite de la "déclaration de guerre" de la Russie.

--FEVRIER--

- 18-20: Flambée de violence à Kiev, où les affrontements entre manifestants et policiers, qui tirent à balles réelles, font 82 morts dont une quinzaine de policiers.

Des milliers de personnes occupent depuis trois mois le Maïdan, la place de l'Indépendance dans le centre de Kiev. La contestation est née du revirement en novembre du pouvoir ukrainien, qui a renoncé à un accord avec l'Union européenne pour se tourner vers Moscou.

- 21: Un accord de sortie de crise est signé entre le président Viktor Ianoukovitch et l'opposition sous la pression de chefs de la diplomatie européens.

Mais le lendemain, le Parlement destitue M. Ianoukovitch et fixe une présidentielle anticipée le 25 mai. Sur le Maïdan, l'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko, libérée, salue devant 50.000 personnes "les héros de l'Ukraine".

- 23: Le président du Parlement Olexandre Tourtchinov est élu président par intérim. Arseni Iatseniouk sera désigné par le Parlement comme Premier ministre du gouvernement de transition.

- 26: La Russie, qui conteste la légitimité du nouveau pouvoir, "met en alerte" certaines de ses troupes, dont celles le long de sa frontière avec l'Ukraine.

En Crimée, république autonome et russophone du sud de l'Ukraine qui abrite la flotte russe de la mer Noire, heurts entre pro-russes et anti-russes dans la capitale, Simféropol.

- 27: A Simféropol, le Parlement, dont un commando pro-russe a pris le contrôle, vote l'organisation le 25 mai (avancé depuis au 30 mars) d'un référendum pour plus d'autonomie et limoge le gouvernement local.

- 28: Kiev accuse Moscou "d'invasion armée et d'occupation" après la prise de contrôle par des hommes armés des aéroports de Belbek (près de Sébastopol) et de Simféropol. Kiev affirme que 2.000 militaires russes ont été aérotransportés sur l'aéroport militaire Gvardeïskoïe, près de Simféropol. Plusieurs sites stratégiques de Crimée sont depuis sous le contrôle d'hommes armés non identifiés.

M. Ianoukovitch, visé par un mandat d'arrêt pour "meurtres de masse", affirme être "le président légitime de l'Ukraine" lors de sa réapparition en public en Russie.

--MARS--

- 1er: Le Conseil de la Fédération (Sénat) russe approuve une demande d'intervention militaire en Ukraine présentée par le président russe Vladimir Poutine.

Dans l'Est russophone, une centaine de blessés à Kharkiv en marge d'une manifestation pro-russe. Plus de 10.000 manifestants à Donetsk contre Kiev.

Le président par intérim annonce que l'armée ukrainienne a été "mise en état d'alerte".

Le président américain Barack Obama appelle son homologue russe à replier les forces russes dans leurs bases de Crimée et le met en garde contre un isolement croissant international, dans un appel téléphonique. La Russie se donne le droit de "protéger ses intérêts et les populations russophones", déclare Vladimir Poutine.

- 2: L'Ukraine se "trouve au bord de la catastrophe", à la suite de la "déclaration de guerre" de la Russie, déclare Arseni Iatseniouk.

Selon le ministère ukrainien de la Défense, un millier d'hommes armés bloquent l'entrée d'une unité des gardes-côtes ukrainiens en Crimée pour les contraindre à rendre les armes.

Plusieurs pays européens annoncent le rappel de leurs ambassadeurs en Russie. La France et la Grande-Bretagne suspendent leur participation aux préparatifs du sommet du G8 prévu en juin à Sotchi (Russie).

kd-acm/bir

PLUS:hp