NOUVELLES

Venezuela: l'opposition convoque de nouvelles marches contre la répression

01/03/2014 06:18 EST | Actualisé 01/05/2014 05:12 EDT

L'opposition au président vénézuélien Nicolas Maduro a convoqué samedi de nouvelles manifestations contre la répression au lendemain de l'arrestation, lors d'un rassemblement, de plus de 40 personnes dont des journalistes étrangers.

Après presque un mois de manifestations anti-gouvernementales, le bilan est lourd. Selon la procureure générale du Venezuela, Luisa Ortega Diaz, les heurts ont fait 17 morts et 261 blessés, un bilan porté à 18 morts avec l'annonce par le président Maduro de la mort d'un militaire. Un millier de personnes ont été arrêtées.

Les dirigeants de l'aile radicale de l'opposition de droite, dont la députée indépendante Maria Machado et le parti Volonté populaire, dont le chef est en prison et le numéro deux recherché par la police, ont convoqué pour samedi des marches dans tout le Venezuela pour protester "contre la répression, la torture et les persécutions".

Nicolas Maduro, héritier politique du défunt président Hugo Chavez, leader de la gauche anti-impérialiste sud-américaine, qualifie de tentative de "coup d'Etat" le mouvement lancé le 4 février par des étudiants et auquel s'est jointe l'opposition politique qui appelle à descendre dans la rue pour faire tomber le gouvernement issu des élections d'avril 2013.

Vendredi à Caracas, dans le quartier d'Altamira, un bastion de l'opposition, les forces antiémeutes ont attaqué avec des canons à eau et des gaz lacrymogènes des manifestants dont une partie étaient masqués et qui ont répliqué en lançant de nombreux cocktails Molotov, ont constaté des journalistes de l'AFP.

- "Terrorisme international" -

Selon la télévision d'Etat VTV, "l'opération spéciale de la Garde nationale (GNB) à Altamira a permis d'arrêter 41 (manifestants), dont huit étrangers soupçonnés de terrorisme international".

Parmi les personnes arrêtées vendredi figure la photojournaliste italienne Francesca Commissari, collaboratrice du quotidien vénézuélien El Nacional.

Le Syndicat national des travailleurs de la presse (SNTP) a aussi annoncé qu'un correspondant du quotidien américain Miami Herald et une équipe de l'agence de presse américaine Associated Press (AP) avaient été interpellés puis remis en liberté dans la soirée.

Peu après, les correspondants étrangers à Caracas ont reçu par internet un document produit par le ministère vénézuélien de l'Information et de la Communication, intitulé "Le Venezuela sous attaque médiatique" et dans lequel figurent des photos et des articles qualifiés par le gouvernement de "mensonges liés au coup d'Etat 'soft'".

Les principales revendications portent sur l'insécurité, l'inflation et la pénurie de biens de consommation de base.

Les opposants et des organisations non-gouvernementales protestent aussi contre un usage excessif de la force lors des dispersions de rassemblements par la police.

"Nous avons enregistré et vérifié 33 cas de traitements inhumains et de tortures", qui ont été transmis à la justice, a déclaré vendredi Alfredo Romero, président du Forum pénal vénézuélien, une ONG de défense des droits de l'homme.

"Le ministère public ne permettra sous aucun prétexte que soient violés les droits de l'homme", a promis la procureure générale. Elle a annoncé que 27 enquêtes avaient été ouvertes en raison de soupçons d'exactions des forces de l'ordre.

Le président Maduro, qui assistait vendredi à la deuxième journée d'un dialogue national qu'il a convoqué pour tenter de résoudre la crise, a de nouveau appelé les étudiants à la concertation.

"Il a été décidé de tout faire pour parler avec l'ensemble du mouvement étudiant vénézuélien", a déclaré M. Maduro devant des représentants des religions, des entrepreneurs, des intellectuels et des responsables politiques locaux, mais en l'absence de l'opposition, qui boycotte ces réunions.

- "Un recul tactique" -

"Le dialogue de Maduro, c'est: venez dialoguer, et pendant que je parle à la télévision, je persécute, j'assassine et je réprime dans les rues", a déclaré sur son compte Twitter l'opposant emprisonné Leopoldo Lopez, fondateur du parti de droite Volonté populaire.

"Pour Nicolas Maduro, le dialogue est un recul tactique", déclare ce message transmis par l'épouse de M. Lopez, Lilian Tintori.

Selon Voluntad Popular, Carlos Vecchio, numéro deux du parti, est recherché pour association de malfaiteurs et incitation à la violence, des charges identiques à celles retenues contre Leopoldo Lopez.

mb/zm/plh/jlb

PLUS:hp