NOUVELLES

Varsovie appelle à l'arrêt de tout "mouvement provocateur" des forces armées en Crimée (MAE)

01/03/2014 04:56 EST | Actualisé 30/04/2014 05:12 EDT

Varsovie a appelé samedi à l'arrêt de tout "mouvement provocateur" des forces armées en Crimée, dans un communiqué officiel, alors que le chef de la diplomatie polonaise Radoslaw Sikorski a décidé d'écourter sa visite en Iran à cause de la situation devenue "critique".

"Nous appelons à l'arrêt de mouvements provocateurs de forces armées en péninsule de Crimée", lit-on dans un communiqué publié sur le site du ministère polonais des Affaires étrangères.

"Toutes décisions prises dans l'immédiat, dont celles de caractère militaire, risquent d'avoir des conséquences irréparables pour l'ordre international", a insisté Varsovie.

La Pologne a une nouvelle fois appelé les pays signataires du Mémorandum de Budapest en 1994 (la Russie, les Etats-Unis et le Royaume Uni) "à respecter et à réaliser leurs engagements" portant sur l'indépendance, la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine.

"Je dois écourter ma visite en Iran à cause du développement de la situation en Ukraine et je dois retourner en Pologne (...) La situation est devenue plus critique en Crimée", a déclaré à Téhéran M. Sikorski qui s'exprimait au cours d'une conférence de presse avec son homologue Mohammad Javad Zarif, selon la télévision d'Etat iranienne.

Dans un entretien téléphonique avec le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov, le chef de l'Etat polonais Bronislaw Komorowski l'a assuré samedi "du soutien polonais et de la solidarité avec l'Ukraine, face à la pression russe grandissante en Crimée".

M. Komorowski a salué "la retenue des autorités ukrainiennes qui ne se laissent pas provoquer", selon Jaromir Sokolowski, proche collaborateur du chef de l'Etat, cité par l'agence PAP.

Le quartier du Parlement de Crimée semblait en état de siège samedi avec l'installation près de son entrée de deux mitrailleuses pointées vers l'extérieur et le déploiement de dizaines d'hommes en uniforme à ses abords, pour la première fois depuis le début des tensions dans ce territoire du sud de l'Ukraine dont les pro-russes prennent chaque jour un peu plus le contrôle.

Le nouveau Premier ministre de la république autonome de Crimée, Sergiï Aksionov, a lancé samedi un appel au président Vladimir Poutine pour qu'il aide à restaurer "la paix et le calme" dans la péninsule.

sw/ml

PLUS:hp