NOUVELLES

Un double attentat fait plusieurs morts dans le berceau Nigerian de Boko Haram

01/03/2014 02:07 EST | Actualisé 01/05/2014 05:12 EDT

MAIDUGURI, Nigeria - Deux explosions ont ravagé un marché animé au nord-est de la ville nigériane de Maiduguri, samedi soir, et ont craint que l'attentat n'ait fait de nombreux morts et blessés dans ce lieu de naissance du réseau terroriste Boko Haram, affirment des témoins.

Des passants ensanglantés appelant à l'aide s'enfuyaient de bâtiments remplis d'une épaisse fumée noire, ont-ils précisé. Selon Mallam Samalia, un commerçant, certaines personnes ont été pulvérisées.

La seconde déflagration a piégé les gens tentant de porter secours aux personnes blessées par la première dans un quartier de la ville de banlieue de Ngomari. Un camion transportant du bois aurait été bardé d'explosifs, a dit M. Samalia à l'Associated Press par téléphone.

«Je vois des gens transportant des corps couverts de sang. Il y a des morceaux de cadavres dans la rue.»

Il s'agit de la première attaque en plusieurs mois à Maiduguri, la capitale de l'État de Borno et le quartier général d'une force militaire chargée de mater la révolte islamiste en cours depuis quatre ans qui a fait des milliers de morts.

Plus de 300 personnes ont perdu la vie en février seulement dans des attaques dont la fréquence et la violence augmentent, et ce dans les États voisins de Yobe et d'Adamawa.

La colère monte en lien avec la présumée incapacité de l'armée à faire cesser les attaques, d'autant plus que la rumeur veut que les soldats aient abandonné leur poste à des points de contrôle lors de deux récentes attaques ayant fait près de 100 morts, dont 59 étudiants, puisqu'ils font face à des adversaires plus nombreux et mieux armés.

Cette colère est alimentée par des informations voulant qu'un avion de guerre ciblant des refuges d'extrémistes ait bombardé un village dans l'État de Yobe, vendredi, tuant au moins 20 civils, selon des survivants.

Les États de Borno, de Yobe et d'Adamawa représentent environ un sixième du territoire du Nigeria et l'état d'urgence y est déclaré depuis le mois de mai.

PLUS:pc