NOUVELLES

Égypte: le fils de l'ex-président Morsi arrêté pour possession de drogue

01/03/2014 11:13 EST | Actualisé 01/05/2014 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - Le nouveau cabinet égyptien a été assermenté, quelques jours après que le président intérimaire eut nommé un nouveau premier ministre.

La télévision d'État a diffusé des images des ministres en train d'être assermentés, en direct du palais présidentiel, samedi.

Le général Abdel-Fattah el-Sissi demeure ministre de la Défense. Une rumeur persistante veut que M. El-Sissi se présente à la prochaine élection présidentielle.

Ce nouveau cabinet est dirigé par l'ancien ministre du Logement, Ibrahim Mehlib, qui tenait un poste important dans le parti maintenant dissous du dictateur renversé Hosni Moubarak.

La démission surprise des membres du Cabinet, incluant celle du premier ministre Hazem el-Beblawi, est survenue, plus tôt cette semaine, quelques mois avant le vote présidentiel. M. Mehlib gardera 20 ministres du gouvernement el-Beblawi et en nommera 11 nouveaux, pour la plupart des technocrates.

Par ailleurs, le fils cadet du président déchu Mohammed Morsi a été arrêté samedi pour possession de drogue, a rapporté l'agence de nouvelles officielle de l'Égypte.

Une patrouille policière a trouvé deux cigarettes de haschich dans un véhicule suspect stationné en bordure d'une route dans la ville d'el-Obour, à l'est du Caire. La police détient Abdullah Morsi, un étudiant universitaire âgé de 20 ans.

Le fils Morsi a avoué à la police être en possession d'environ cinq grammes de haschich, a indiqué le lieutenant-colonel Hazem Saad de la police d'enquête. Un ami accompagnait Abdullah Morsi dans la voiture.

Osama Morsi, le frère aîné d'Abdullah, a rejeté ces accusations, affirmant qu'elles avaient été fabriquées de toutes pièces. Il a soutenu que son frère venait tout juste d'être transféré auprès des procureurs. Il n'aurait donc pas pu avoir avoué quoi que ce soit puisqu'aucun interrogatoire n'avait encore eu lieu.

«C'est une tentative pour ternir notre image, a dit Osama Morsi, qui est avocat. La moitié des membres de ce gouvernement consomment de l'alcool, et maintenant ils accusent le fils de M. Morsi de consommer une substance qui altère la conscience.»

L'un des quatre procès auxquels Mohammed Morsi fait face a repris samedi. Jusqu'à maintenant, sa famille n'avait pas eu de problèmes avec la justice, alors que les supporters de l'ancien président et de son parti, les Frères musulmans, ont été la cible de descentes du gouvernement.

PLUS:pc