NOUVELLES

Egypte: le nouveau gouvernement prête serment, Sissi reste à la Défense (TV)

01/03/2014 10:06 EST | Actualisé 01/05/2014 05:12 EDT

Le chef de l'armée égyptienne, le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, qui ne cache pas sa ferme intention de se présenter à la présidentielle prévue au printemps, a prêté serment samedi avec le nouveau gouvernement.

Architecte de la destitution du président islamiste Mohamed Morsi en juillet, le maréchal Sissi avait démissionné avec l'ensemble du gouvernement de Hazem el-Beblawi il y a moins d'une semaine sur fond de grogne sociale dans le pays déserté par les touristes et à l'économie exsangue.

La nouvelle équipe gouvernementale, dirigée par Ibrahim Mahlab, un cacique du parti du président Hosni Moubarak renversé par une révolte populaire début 2011, doit désormais conduire le pays vers l'élection présidentielle, pour laquelle le nouvel et très populaire homme fort du pays est donné favori même s'il n'a pas encore officiellement annoncé sa candidature.

Pour être éligible, le maréchal, reconduit aux postes de ministre de la Défense et de vice-Premier ministre, devra cependant démissionner du gouvernement et quitter ou prendre sa retraite de l'armée.

Un haut gradé proche du maréchal a affirmé à l'AFP que le maréchal Sissi conserverait son portefeuille de la Défense jusqu'à la promulgation de la loi électorale encadrant le scrutin présidentiel, confirmant qu'il entendait bien briguer la présidence.

Selon des experts, ce remaniement pourrait permettre au candidat Sissi de se prévaloir durant sa campagne d'un gouvernement au bilan positif, alors que l'équipe Beblawi avait quitté ses fonctions sur fond d'aggravation de la crise économique, de grèves dans différents secteurs et d'attentats à répétition.

M. Mahlab, un ingénieur né en 1949, a dirigé l'entreprise gouvernementale Arab Contractors, l'une des plus importantes sociétés de construction en Egypte. Il a siégé au Sénat sous la présidence Moubarak et était l'un des cadres du parti de l'ex-raïs, le Parti national démocratique (PND).

Lors de sa nomination mardi, M. Mahlab a promis de s'atteler aux dossiers économiques et à la question de la sécurité dans le pays, théâtre depuis juillet d'attentats quasi-quotidiens contre les forces de l'ordre.

Depuis l'éviction de Mohamed Morsi, premier président du pays élu démocratiquement, policiers et soldats répriment implacablement les manifestations de ses partisans islamistes, dont au moins 1.400 sont morts selon Amnesty International, et des milliers d'autres en détention.

bur-jds/sbh/fcc

PLUS:hp