NOUVELLES

Championnat de France - Paris SG-OM: un peu moins de folklore, un vrai enjeu sportif

01/03/2014 10:03 EST | Actualisé 01/05/2014 05:12 EDT

Le clasico de dimanche entre le Paris SG, leader du championnat de France, et Marseille, candidat à la troisième place, aura un enjeu sportif évident même si les deux équipes ne poursuivent pas les mêmes objectifs et que le contexte n'est plus aussi brûlant qu'à une époque.

"Tous les derbys sont spéciaux. On en parle, les supporteurs sont attentifs à tout ce qui se passe, il y a beaucoup d'attention médiatique. Bien sûr que Barça-Real, c'est une autre dimension, planétaire. Mais PSG-OM, c'est un derby quand même et la semaine qui précède est toujours un peu particulière", a raconté samedi le milieu parisien Thiago Motta, qui en a vu d'autres.

"Il y a toujours cette rivalité entre les deux clubs, entre le Sud et le Nord, la capitale et la province. Mais les acteurs sont un peu moins agressifs quand arrive ce match, il faut le reconnaître", a de son côté estimé Laurent Blanc.

Si le folklore parfois un peu pénible qui entourait les clasicos des années 1990 s'est en effet en grande partie dissipé, le match de dimanche n'en est pas pour autant déclassé car il a une vraie importance pour les deux équipes.

Comme Monaco "a un parcours de champion", dixit Laurent Blanc, le PSG n'a en effet toujours pas le droit de se relâcher au risque de se retrouver sous la menace directe de l'ASM, à 5 points du club de la capitale.

En corrigeant Leverkusen 4-0 en 8e de finale aller de la Ligue des Champions, le PSG s'est d'ailleurs offert la tranquillité d'esprit qui lui permettra de se consacrer à 100% à la Ligue 1 et au choc de dimanche.

Avec un Ibrahimovic plus fort que jamais, avec peut-être le retour de Cavani et avec le souvenir d'un match aller renversé alors que l'OM menait 1-0 et jouait à 11 contre 10 (victoire parisienne 2-1), le PSG partira nettement favori.

- L'OM fait le modeste -

Marseille le sait mais, tout en jouant les petits, ne viendra pas au Parc des Princes sans ambition.

"Le PSG a également ses faiblesses. Il y en a peu, c'est sûr. Mais nous devons être en mesure d'en profiter au maximum. Nous aurons moins le ballon que d'habitude. Mais chez nous aussi, il y a des joueurs de talent. Nous y allons sans pression car nous n'avons rien à perdre", a ainsi déclaré Valbuena cette semaine.

L'entraîneur marseillais José Anigo a de son côté rappelé que défendre à tout prix n'était pas forcément la meilleure option face au géant parisien. "Contre Paris, des équipes défendent trop bas croyant qu'elles tiendront le choc. Mais c'est difficile de tenir 1h30 en défendant. Nous y allons sans peur, avec l'idée d'être un acteur de notre destinée", a-t-il lâché.

Pour cela, l'OM peut compter sur un Gignac en pleine forme et sur le retour au meilleur niveau de Valbuena et Ayew. Il faudra au moins ça pour perturber le remarquable milieu de terrain parisien, alors que Payet, meilleur Marseillais des dernières semaines, aura l'occasion de justifier une sélection en Bleu qui a laissé certains observateurs perplexes.

L'enjeu de ce match est réel aussi pour des Olympiens qui sont revenus à portée du podium, leur dernier objectif cette saison. Mais l'OM n'a plus battu le PSG depuis novembre 2011 et reste sur cinq défaites consécutives au Parc des Princes.

"L'OM n'aura peut-être jamais les moyens du PSG, mais ça ne veut pas dire qu'il est un club +has-been+. L'OM est un club qui cherche à se reconstruire, à avoir d'autres valeurs, à proposer d'autres choses", a soutenu Anigo.

Face au surpuissant PSG, l'OM a beau jeu de faire le modeste. Ses supporteurs lui pardonneraient même probablement un revers, à condition qu'il donne tout, c'est-à-dire plus qu'au match aller.

stt/cle

PLUS:hp