NOUVELLES

Birmanie: menacé d'expulsion, l'ONG Médecins sans frontière peut rester

01/03/2014 03:29 EST | Actualisé 01/05/2014 05:12 EDT

RANGOON, Myanmar - Vingt-quatre heures après que Médecins sans frontières eut annoncé que l'organisme était expulsé de la Birmanie, le gouvernement a indiqué samedi que les négociations avec le groupe se poursuivaient et que MSF pourrait reprendre ses activités partout au pays sauf dans l'État de Rakhine, une région ensanglantée par des éruptions meurtrières de violences confessionnelles.

À la suite d'importantes pressions internationales, le porte-parole de la présidence birmane Ye Htut a déclaré à l'Associated Press que le gouvernement de l'État de Rakhine avait demandé à ce que les activités du groupe humanitaire soient suspendues dans la région, mais que ses travaux ne seraient pas entravés ailleurs au pays.

Dans une déclaration transmise par voie de communiqué, MSF a accueilli favorablement la nouvelle, mais a ajouté toujours craindre pour les dizaines de milliers de personnes demeurant dans des camps en Birmanie et ayant toujours désespérément besoin d'aide.

Toutes les cliniques birmanes de MSF étaient fermées vendredi.

Le groupe s'était fait dire, plus tôt cette semaine, que son permis était révoqué, en partie parce qu'il embauchait des «Bengalis», le nom utilisé par la junte pour faire référence à la minorité ethnique musulmane des Rohingya, persécutée depuis belle lurette.

PLUS:pc