NOUVELLES

Une groupe rebelle se retire du nord de la Syrie

28/02/2014 01:44 EST | Actualisé 30/04/2014 05:12 EDT

BEYROUTH - Les membres d'un groupe dissident d'Al-Qaïda se sont retirés de quelques villes du nord de la Syrie, vendredi, après avoir été sommés par une autre organisation de se soumettre à l'arbitrage de leaders religieux pour régler leurs différends.

Le Front Nousra avait donné à État islamique en Irak et au Levant jusqu'à samedi pour se plier à cet ultimatum.

Les combattants d'État islamique ont évacué des villes au nord d'Alep, dont Azaz près de la frontière avec la Turquie, selon ce qu'ont révélé des militants installés à Alep. Ils ont été rapidement remplacés par des militants rivaux, a dit à Londres l'Observatoire syrien des droits de la personne.

L'ultimatum du Front Nousra vise à mettre fin à deux mois de violences intestines entre État islamique et d'autres factions islamistes, qui auraient fait plus de 3000 morts. Ces querelles nuisent à la guerre contre le régime du président Bachar el-Assad.

État islamique en Irak et au Levant n'a jusqu'à présent offert aucune réaction officielle à cet ultimatum, mais il le rejettera fort probablement, ce qui pourrait donner lieu à de nouveaux affrontements.

Le militant Ibrahim Saeed a indiqué que les hommes d'État islamique semblaient se replier vers leur bastion de Raqqa, dans le nord-est du pays. Cette ville fut la première capitale provinciale à tomber entre les mains de l'insurrection. Le leader obscur d'État islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, a déjà indiqué qu'il s'agissait de la capitale de son organisation.

Les combattants d'État islamique auraient incendié une centrale énergétique dans la ville de Tal Rifaat et démantelé l'importante usine de farine Al-Faisal, dans la province d'Alep.

«Je m'attends à des combats très bientôt», a dit M. Saeed. Il a ajouté que les rebelles qui ont occupé le territoire abandonné ont interrogé des transfuges d'État islamique.

Un autre militant, Abou Raed, a indiqué qu'État islamique a détruit des hélicoptères sur la base aérienne de Mannagh, que les rebelles ont capturé l'an dernier.

Des vidéos mises en ligne montrent des membres de la «Brigade tempête du Nord», qui avait été décimée par État islamique l'an dernier, reprenant les positions abandonnées par les djihadistes.

PLUS:pc