NOUVELLES

Le Congrès américain menace le pouvoir au Venezuela

28/02/2014 11:20 EST | Actualisé 30/04/2014 05:12 EDT

Le Congrès des Etats-Unis prépare des résolutions condamnant la répression et les violences au Venezuela, des sénateurs demandant au président Barack Obama d'imposer des sanctions contre les responsables impliqués dans la mort de manifestants de l'opposition.

La commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants a adopté vendredi un projet de résolution déplorant "la violence inexcusable perpétrée contre les chefs de l'opposition et les manifestants, et l'utilisation croissante d'accusations pénales dans un but politique pour intimider l'opposition politique du pays", et appelant au dialogue.

"Bien que l'attention du monde se concentre plus particulièrement sur la crise en Ukraine, les enjeux au Venezuela sont tout aussi importants", a déclaré le représentant républicain Matt Salmon. "Il s'agit de la liberté, d'un pays situé dans notre plus proche voisinage qui, jusqu'à son histoire la plus récente, avait une tradition longue et fière d'adhésion aux normes démocratiques, et qui était même un allié des Etats-Unis".

Plusieurs sénateurs ont aussi appelé jeudi le président Barack Obama à décréter "immédiatement" des sanctions contre les responsables vénézuéliens impliqués dans la mort de manifestants.

"Il est temps d'imposer des sanctions ciblées en refusant et révoquant des visas et en gelant les avoirs de responsables vénézuéliens complices de la mort de manifestants pacifiques", a déclaré Robert Menendez, président démocrate de la commission des Affaires étrangères du Sénat.

"Nicolas Maduro et ses voyous doivent rendre des comptes pour les atrocités commises contre le peuple vénézuélien, qui incluent des incarcérations injustes, une répression violente et des manifestants innocents tués", a plaidé le sénateur républicain Marco Rubio.

Barack Obama a condamné la semaine dernière la "violence inacceptable" au Venezuela et indiqué qu'avec l'Organisation des Etats américains (OEA), les Etats-Unis appelaient "le gouvernement vénézuélien à libérer les manifestants qu'il a arrêtés et à engager un véritable dialogue".

ico/are

PLUS:hp