NOUVELLES

Ianoukovitch se considère toujours président et veut lutter "pour l'avenir de l'Ukraine"

28/02/2014 10:29 EST | Actualisé 30/04/2014 05:12 EDT

Le président ukrainien déchu Viktor Ianoukovitch a affirmé vendredi qu'il était toujours le chef de l'Etat et a promis de "poursuivre la lutte pour l'avenir de l'Ukraine", lors de sa première apparition en public depuis son renversement il y a une semaine.

"Personne ne m'a renversé. J'ai été contraint de quitter l'Ukraine sous une menace directe pour ma vie et celle de mes proches", a déclaré M. Ianoukovitch lors d'une conférence de presse à Rostov-sur-le-Don, ville du sud de la Russie proche de la frontière ukrainienne.

"Il est temps de dire que j'envisage de poursuivre la lutte pour l'avenir de l'Ukraine", a ajouté le président déchu, qui s'est exprimé pendant 1 heure 10.

M. Ianoukovitch a affirmé que des "jeunes nationalistes et pro-fascistes" avaient pris le pouvoir dans le pays après plusieurs mois de contestation marquées par des violences extrêmes qui ont fait des dizaines de morts.

Il a aussi affirmé ne pas avoir donné l'ordre de tirer sur les manifestants.

Les événements qui secouent actuellement la Crimée sont selon lui une "réaction naturelle" à une "usurpation de pouvoir".

La Crimée, péninsule russophone en proie à des tensions séparatistes, doit continuer de faire partie de l'Ukraine, a souligné M. Ianoukovitch.

Le président déchu a affirmé qu'après son arrivée en Russie, il s'était entretenu avec le président russe Vladimir Poutine. M. Ianoukovitch n'a pas précisé à quel moment il était arrivé sur le territoire russe, mais a fait part de son étonnement sur le silence de Vladimir Poutine concernant les événements en Ukraine.

"La Russie doit et est obligée d'agir, et connaissant le caractère de Vladimir Poutine, je me demande pourquoi il est si réservé et pourquoi il garde le silence", a dit M. Ianoukovitch.

Mais "dès que j'aurai rencontré Poutine, je comprendrai sa position (sur la crise en Ukraine, ndlr). La Russie ne peut rester indifférente (...) au sort d'un partenaire si important que l'Ukraine", a observé M. Ianoukovitch.

"La Russie doit user de tous les possibilités dont elle dispose pour mettre fin au chaos et la terreur en Ukraine. Mais je suis catégoriquement contre une invasion, une violation de la souveraineté de l'Ukraine", a-t-il dit.

M. Ianoukovitch a aussi estimé que les bouleversements et les victimes en Ukraine étaient le "résultat de la politique irresponsable de l'Occident, qui a montré trop d'indulgence envers Maïdan", la place de l'Indépendance à Kiev devenue le foyer de la contestation.

Il a élevé la voix à plusieurs reprises lorsqu'il a tempêté contre "la terreur", "l'anarchie", "le chaos" ou contre la responsabilité des Occidentaux, citant nommément les Américains.

"Le scénario n'a pas été écrit en Ukraine", a-t-il lancé devant 200 journalistes qui assistaient à cette conférence de presse sous haute sécurité.

Viktor Ianoukovitch a également promis de retourner en Ukraine une fois que sa sécurité personnelle serait assurée. Mais il a ajouté ne pas avoir l'intention de participer à l'élection présidentielle anticipée prévue le 25 mai, "illégale", selon lui.

gmo-bfi/edy/plh

PLUS:hp