NOUVELLES

GB: l'audience d'extradition vers l'Italie d'un chef mafieux ajournée

28/02/2014 02:39 EST | Actualisé 30/04/2014 05:12 EDT

L'audience d'extradition d'un ex-chef de la mafia sicilienne réclamé par l'Italie, Domenico Rancadore, arrêté en août à Londres où il se cachait depuis près de 20 ans, a été une nouvelle fois ajournée vendredi jusqu'au 17 mars.

Vendredi dernier, l'audience avait déjà été ajournée d'une semaine. Ce nouveau renvoi est dû au fait que Domenico Rancadore "est en mauvaise santé", a indiqué le juge Howard Riddle avant de suspendre l'audience.

Cet homme de 64 ans, surnommé "le professeur", a été condamné en Italie par contumace en 1999 à sept ans de prison pour son rôle au sein de Cosa Nostra entre décembre 1987 et avril 1995.

Avec sa femme et ses deux enfants, cet ancien enseignant avait quitté la Sicile en 1994 pour s'installer en banlieue de Londres et vivait sous le nom de "Marc Skinner", patronyme de son épouse.

Il a comparu la semaine dernière à Londres et avait expliqué avoir voulu s'installer au Royaume-Uni pour offrir à ses enfants une "belle vie" et pour rompre les liens avec la Sicile.

Il avait indiqué avoir vécu une "expérience terrible" en étant parmi les accusés d'un maxi-procès contre la mafia dans les années 1980 -- aux côtés de son propre père --, au terme duquel il avait été acquitté.

L'avocat du sexagénaire avait fait valoir que deux mandats d'arrêt européens "radicalement différents" avaient été émis à son encontre.

Dans le second, l'importance des crimes reprochés à son client a été accrue, a expliqué l'avocat Alun Jones, jugeant que c'était un "acte délibéré de porter atteinte aux droits de cet homme".

Domenico Rancadore, qui souffre de problèmes cardiaques, avait également affirmé en audience qu'il avait des douleurs à la poitrine et ne se sentait "pas bien du tout". "Je me sens détruit", avait-il ajouté.

Il avait précédemment indiqué à la police craindre pour sa vie s'il était extradé vers l'Italie.

Sa femme, Anne Skinner, s'est dite inquiète de l'état de santé de son mari et a fait valoir qu'une extradition serait un événement "dévastateur" pour leur famille.

Domenico Rancadore, qui figure sur la liste du ministère italien de l'Intérieur des criminels les plus dangereux, avait été arrêté dans sa maison d'Uxbridge (ouest de Londres) le 7 août 2013, en vertu d'un mandat d'arrêt européen.

mc/bap

PLUS:hp