POLITIQUE

Formation de la main-d'oeuvre : un compromis sans le Québec

27/02/2014 04:20 EST | Actualisé 30/04/2014 05:12 EDT
Paul Bradbury via Getty Images

Québec et Ottawa sont « assez près » de conclure une entente dans le dossier de la formation de la main-d'oeuvre, après plus d'une année de négociations.

« On négocie très serré, de façon très proche, avec le gouvernement fédéral », a soutenu la ministre québécoise du Travail, Agnès Maltais, vendredi.

La ministre réagissait à l'annonce d'une entente de principe entre le gouvernement fédéral, les neuf autres provinces et les territoires au sujet du programme officiellement appelé Subvention canadienne à l'emploi. Le Québec est la seule province à ne pas faire partie de cet accord.

La situation pourrait changer rapidement, selon Mme Maltais.

Compromis avec les autres provinces

Le gouvernement fédéral a confirmé vendredi matin être parvenu à un compromis sur le programme controversé de formation de la main-d'œuvre, avec toutes les provinces, sauf le Québec.

Après moult tractations, le ministre fédéral de l'Emploi, Jason Kenney, a dû se rendre à deux exigences majeures des provinces et territoires contenues dans leur dernière proposition. Ottawa accepte que les provinces choisissent au sein de quels budgets elles puiseront les fonds fédéraux pour financer la nouvelle subvention à l'emploi.

Le fédéral a aussi consenti à repousser de trois mois la mise en œuvre de ces changements. La subvention à l'emploi sera donc créée le 1er juillet prochain.

Le gouvernement Harper devra cependant régler certains détails de l'entente avec toutes les provinces et territoires.

Les provinces ont accepté le compromis lors d'une discussion téléphonique avec le ministre de l'Emploi, Jason Kenney, jeudi après-midi. Ce dernier avait relancé « une offre finale » le 21 février dernier.

Dans son budget de mars 2013, le gouvernement fédéral avait annoncé son intention de créer le programme de subvention à l'emploi, qui devait fournir jusqu'à 15 000 $ pour la formation par travailleur admissible.

Le projet d'environ 900 millions était en partie financé par les subventions versées dans le cadre des ententes sur le marché de l'emploi, qui viennent à échéance ce printemps et prévoyait aussi une participation obligatoire des provinces et des territoires de même qu'une contribution des employeurs.


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?

INOLTRE SU HUFFPOST

Les maisons les plus chères du Canada (février 2014)