POLITIQUE

Fatima Houda-Pepin pourrait se porter candidate indépendante

28/02/2014 04:35 EST | Actualisé 30/04/2014 05:12 EDT
PC

QUÉBEC - Fatima Houda-Pepin n'a pas dit son dernier mot. Elle place ses pions en vue de se présenter comme candidate indépendante aux prochaines élections générales, a confié la députée de La Pinière en entrevue à La Presse Canadienne vendredi.

Malgré une longue réflexion sur son avenir et de nombreuses consultations, sa décision finale n'est pas encore prise. Mais compte tenu du déclenchement probable d'élections générales dans les jours qui viennent, elle est bien consciente qu'elle doit trancher très bientôt. Et elle est visiblement très tentée.

Chose certaine, si elle fait le saut, elle n'entend pas jouer un rôle de figuration. Elle ira «pour gagner, c'est sûr», dit-elle.

Le seul obstacle sur sa route: le financement de sa campagne. Alors si elle réussit dans les jours qui viennent à amasser la somme nécessaire pour mener à bien sa campagne, il y a donc de fortes chances que les électeurs de Brossard voient apparaître son visage sur les poteaux de la ville.

«Si je vois qu'il y a beaucoup d'encouragement concret, d'appui concret sur le plan du financement pour mener une campagne électorale, cela va compter énormément dans la balance», dit la députée, qui se décrit toujours comme «libérale» et «fédéraliste».

Expulsée du caucus libéral le 20 janvier pour ses positions sur la laïcité de l'État, Mme Houda-Pepin a appris le lendemain, de la direction du PLQ, qu'elle avait perdu du même coup le précieux trésor de guerre devant servir à assurer sa réélection. Il s'agit d'une cagnotte de quelque 40 000 $, qui servira désormais à soutenir l'élection d'un probable rival libéral, dont l'identité n'est pas encore connue.

Depuis ce fameux 20 janvier, elle dit avoir reçu un nombre incalculable de messages de gens l'encourageant à se présenter comme indépendante pour continuer à défendre ses idées sur la laïcité de l'État et mener son combat contre l'intégrisme. Récemment, par exemple, des jeunes professionnels de différentes régions sont venus l'exhorter à continuer son travail en ces termes: «Vous n'avez pas le droit d'abandonner. Vous ne pouvez pas abandonner. Vous êtes un espoir pour tout le Québec», relate-t-elle, en disant combien elle trouve ces témoignages «touchants» et «émouvants».

«Je ne peux pas aller faire mon marché sans que les gens m'arrêtent. Partout où je vais la réaction est très, très positive. C'est encourageant», dit celle qui interprète ces témoignages comme autant de raisons d'accélérer la réflexion sur son avenir amorcée le 20 janvier.

Elle soutient n'avoir aucun problème d'organisation dans sa circonscription et être prête à mobiliser rapidement une équipe de bénévoles disposés à faciliter sa réélection. «J'ai un appui extraordinaire, dit-elle. C'est pas le problème. Les gens me disent: qu'est-ce qu'on peut faire pour vous?»

Il n'y a donc que l'argent qui fasse obstacle à ses projets. «Je dois repartir à zéro au niveau du financement», rappelle Mme Houda-Pepin, en disant souhaiter que l'appui moral manifesté par la population au cours des dernières semaines se traduise désormais en soutien financier concret à sa réélection.

La députée de La Pinière depuis 1994 est désormais enregistrée auprès du Directeur général des élections (DGEQ) à titre de «députée indépendante autorisée». Les personnes intéressées peuvent donc facilement faire une contribution financière maximale de 100 $ à sa campagne, en se rendant sur le site du DGE, puis en repérant son nom. «Ce serait un geste concret qui démontrerait que les gens sont prêts à vouloir m'inciter à rester en politique et à me battre pour mes valeurs et à faire pousser les idées que j'ai déjà semées», dit-elle.

Si elle va de l'avant, la bataille ne sera certainement pas facile. La circonscription de La Pinière, située à Brossard, sur la rive-sud de Montréal, est une forteresse libérale, récoltant à chaque scrutin des majorités dépassant les 10 000 voix.

De plus, les Québécois, attirés d'abord par le parti et par son chef, n'ont pas tendance à voter traditionnellement pour les candidats indépendants. Les derniers ont été élus en 1966.

Elle devra donc miser sur sa popularité personnelle pour inverser la tendance. Mais elle dit surtout espérer que les électeurs choisiront d'appuyer «les candidats qui ont le courage de leurs convictions».

INOLTRE SU HUFFPOST

Fatima Houda-Pepin quitte le PLQ