NOUVELLES

Entente entre Québec et les Atikamekw sur la police à Opitciwan, en Mauricie

28/02/2014 10:19 EST | Actualisé 30/04/2014 05:12 EDT

QUÉBEC - Un accord sur la prestation des services policiers dans la communauté autochtone d'Opitciwan, en Mauricie, est annoncée vendredi par le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron, et le chef du Conseil des Atikamekw d'Opitciwan, Christian Awashish.

Cette entente fait en sorte que le corps policier d'Opitciwan demeurera en fonction après le 31 mars prochain. Les modalités exactes de l'accord ne seront toutefois pas révélées puisqu'elles devront être entérinées dans le cadre d'ententes formelles.

Néanmoins, il prévoit l'établissement d'un projet-pilote visant à favoriser l'efficacité du corps de police d'Opitciwan. Celui-ci inclut notamment le prêt d'un officier de la Sûreté du Québec à la communauté pour superviser, à titre de directeur intérimaire, les opérations du corps de police.

Il y a trois mois, le corps policier d'Opitciwan revendiquait un financement adéquat qui tienne compte des particularités de cette communauté autochtone.

Le directeur du poste de police, Bryan Chachai, rapportait que les policiers faisaient face à de nombreuses situations de violence ayant comme toile de fond la consommation de substances illégales.

Il ajoutait que les conditions de travail étaient difficiles en raison des effectifs réduits, faute d'un financement suffisant pour servir la communauté de 2800 habitants.

À la fin de l'année 2013, on comptait 23 policiers sur le territoire alors qu'il y en avait 33 avant les mises à pied précédentes.

Les ententes sur la prestation des services policiers dans les communautés autochtones du Québec sont financées à 52 pour cent par le gouvernement du Canada et à 48 pour cent par celui du Québec.

PLUS:pc