NOUVELLES

Concorde : Loews prêt à prolonger l'offre d'achat d'Eddy Savoie

28/02/2014 03:42 EST | Actualisé 29/04/2014 05:12 EDT

Le propriétaire des Résidences Soleil devra défrayer des centaines de milliers de dollars s'il veut prolonger de trois mois son offre d'achat pour le Concorde. Pour maintenir l'entente, Loews lui demande de défrayer les coûts de maintenance de l'immeuble de la Grande Allée.

L'offre d'achat d'Eddy Savoie, qui souhaite transformer l'immeuble en résidences pour personnes âgées autonomes, venait à échéance vendredi. L'homme d'affaires aura quelques jours pour étudier la proposition de Loews.

« Il faut absorber les coûts pour maintenir le bâtiment », explique Eddy Savoie. Loews exige qu'il paie les taxes, l'énergie et la surveillance du bâtiment, entre autres, une facture qu'il évalue à environ 200 000 $ par mois.

Puisque Loews aurait pu remettre l'immeuble en vente, Eddy Savoie se dit heureux de la proposition, qu'il souhaite néanmoins continuer à négocier. « Il nous reste du temps pour continuer à négocier avec New York. » L'homme d'affaires se donne environ une semaine pour prendre une décision.

Il ne cache pas qu'une hausse des dépenses aura des conséquences sur le projet s'il se concrétise. « Vous comprenez qu'un projet qui coûte plus cher, on n'a pas le choix, il faut le faire refléter dans nos prix de loyers », note M. Savoie.

Rappelons que l'homme d'affaires veut prolonger son offre d'achat de trois mois, puisque la Ville de Québec a annoncé la semaine dernière qu'elle allait commander une étude sur les impacts économiques d'un changement de vocation de l'hôtel, qui a fermé ses portes le 12 février.

Ce nouveau délai reporte donc d'autant la décision de la  Ville quant à la demande de changement d'usage de l'immeuble dont le Groupe Savoie a besoin pour concrétiser l'achat. Même si le parcours est parsemé d'embûches, Eddy Savoie garde espoir de devenir le prochain acquéreur de l'immeuble. « Après trois mois, s'ils n'ont pas de preneur pour faire fonctionner l'hôtel, ils vont certainement venir à la conclusion qu'il n'y a pas beaucoup d'autres alternatives qu'on fasse une résidence pour les personnes âgées. »

PLUS:rc