NOUVELLES

Volte-face inattendue d'Ottawa: Lebel trouve l'argent demandé par Québec

27/02/2014 04:38 EST | Actualisé 29/04/2014 05:12 EDT

OTTAWA - Ottawa vient, tout à coup, de trouver l'argent pour financer la construction d'un anneau de glace couvert à Québec.

L'annonce du ministre fédéral Denis Lebel a pris tout le monde par surprise, à commencer par Régis Labeaume.

De passage à Ottawa, mercredi, le maire Labeaume s'était plaint que le programme d'infrastructure annoncé dans le budget fédéral du 11 février dernier exclut les projets d'infrastructure de sport ou de loisir.

«Ça fait trois ans, Denis, qu'il nous dit à Québec qu'on devrait attendre le nouveau programme d'infrastructure. Il est rendu là et ça marche pas», se désolait le maire, en visite à Ottawa pour la rencontre des maires des grandes villes du pays.

Jeudi matin, le ministre Lebel était à Québec.

«Aujourd'hui on dit présent aussi, a-t-il annoncé. On dit présent avec les fonds de 2007 qui sont toujours disponibles à Québec.»

Ottawa est maintenant prêt à verser jusqu'à 32,5 millions $, soit le tiers du coût du projet, en se servant donc du programme d'infrastructure de 2007. Maintenant que le gouvernement québécois a annoncé ce projet comme priorité dans son propre budget, il répond aux critères du programme, a expliqué le ministre Lebel.

Quelques heures après l'annonce du ministre, le maire Labeaume se réjouissait.

«Il y avait une injustice historique qui est réparée aujourd'hui», a-t-il dit en point de presse.

Pendant ce temps, à Ottawa, l'opposition, tout en se félicitant de la volte-face du ministre Lebel, ne pouvait s'empêcher d'y voir un calcul politique.

«Peut-être que les conservateurs se sont rendu compte qu'ils frappaient un mur», a supposé Denis Blanchette, le député néo-démocrate de Louis-Hébert, à sa sortie des Communes.

Il a rappelé que toutes les municipalités sont insatisfaites de voir que le nouveau programme d'infrastructure ne couvre pas les projets d'infrastructures sportives ou culturelles. Selon lui, c'est la Ville de Québec qui a parlé le plus fort pour dénoncer la chose.

«Ils ont trouvé une façon d'essayer de faire taire les gens de Québec en leur donnant un projet. Je suis content pour nous, mais le fond du dossier reste pareil», a averti le député Blanchette.

«Probablement que le gouvernement fédéral a voulu acheter la paix», croit pour sa part le député bloquiste André Bellavance.

Acheter la paix et acheter des votes?

«Leur cible particulière au Québec, c'est la région de Québec. Est-ce que les gens de Québec vont se laisser acheter par l'anneau de glace? Je n'y crois pas», a tranché M. Bellavance.

PLUS:pc