NOUVELLES

USA: un retrait d'Afghanistan pourrait faciliter la résurgence d'al-Qaïda (chef des forces spéciales)

27/02/2014 01:18 EST | Actualisé 29/04/2014 05:12 EDT

La menace posée par al-Qaïda dans le Nord-Ouest du Pakistan a été "réduite de façon significative" mais un retrait total d'Afghanistan des forces américaines risque de faciliter sa résurgence, a mis en garde jeudi le patron des forces spéciales américaines.

"Si nous retirons tous nos hommes, et s'il n'y a plus de composante forces spéciales en Afghanistan, alors il sera certainement plus difficile de faire face à la menace" dans la région, a prévenu l'amiral William McRaven lors d'une audition devant la commission des Forces armées de la chambre des Représentants.

Le risque d'une résurgence d'al-Qaïda est selon lui "inhérent aux zones tribales (pakistanaises), au nord de l'Afghanistan, dans le Kunar et le Nouristan", a précisé l'homme à la tête du Commandement des opérations spéciales (SOCOM) et de ses 66.000 hommes.

Le président Barack Obama envisage de laisser jusqu'à 10.000 hommes en Afghanistan après 2014, dont des membres des forces spéciales pour des missions de contre-terrorisme. Mais il bute sur l'hostilité du président afghan Hamid Karzaï qui refuse de parapher un accord bilatéral autorisant cette présence. A défaut, le président américain se dit prêt à envisager un retrait total des forces américaines.

Al-Qaïda "centre" est "nettement affaibli" mais "la menace s'est métastasée" avec ses franchises au Yémen (Aqpa), au Sahel (Aqmi), ainsi qu'en Irak et en Syrie, a par ailleurs constaté l'amiral McRaven.

Le menace terroriste contre le territoire américain est elle "à une ou deux exceptions, moindre aujourd'hui qu'il y a cinq ou 10 ans, quand al-Qaïda centre était plus puissant", a-t-il reconnu.

mra-ddl/mdm

PLUS:hp