NOUVELLES

Un leader cubain de la révolution de Castro meurt à Miami à 95 ans

27/02/2014 04:21 EST | Actualisé 29/04/2014 05:12 EDT

MIAMI - L'un des principaux lieutenants qui avaient aidé Fidel Castro à mener la révolution cubaine, avant de tourner le dos au gouvernement communiste, est mort à l'âge de 95 ans.

Huber Matos Benitez est décédé dans la nuit de jeudi dans un hôpital de Miami, des suites d'une crise cardiaque survenue deux jours plus tôt, a rapporté son petit-fils, Huber Matos Garsault. Il doit être enterré au Costa Rica après un service funèbre prévu dimanche.

Enseignant et cultivateur de riz opposé au dictateur Fulgencio Batista, M. Matos avait 34 ans lorsque Fidel Castro a mené une tentative de soulèvement qui a échoué, en 1953. M. Matos a par la suite rejoint le révolutionnaire et est devenu commandant dans la Sierra Maestra, une chaîne de montagnes cubaine.

Bien qu'ils se soient affrontés à quelques reprises, M. Matos soutenait qu'à un moment, M. Castro l'a désigné comme second successeur, après son frère Raul. Ernesto «Che» Guevara était le quatrième, a-t-il affirmé.

En entrevue en mai 2009, M. Matos racontait avoir voulu prendre part à la révolution pour restaurer la démocratie, que son pays n'avait vécu que très brièvement avant le coup d'État du général Batista en 1952. Ancien professeur, M. Matos s'est d'abord rendu au Costa Rica afin d'obtenir des armes et des munitions pour les forces de Fidel Castro, avant de se joindre aux rebelles.

Après la chute du général Batista, en 1959, M. Matos a fait son entrée à La Havane aux côtés de Fidel Castro, mais a rapidement déchanté. «Il y avait un autre programme, avait-il confié à l'Associated Press en 2009. Fidel a dit une chose au public, mais il a agi tout autrement.

«Si tu as l'intention de demeurer au pouvoir, ne compte pas sur moi», aurait-il lancé au «lider maximo».

Lorsqu'il a tenté de démissionner pour la première fois, M. Castro ne l'y a pas autorisé. En octobre 1959, il a été arrêté et déclaré coupable de trahison. Il a été libéré en octobre 1979, et a retrouvé sa femme et ses quatre enfants. Après avoir vécu à Caracas, il a déménagé à Miami où il a dirigé l'organisme Cuba démocratique et indépendant. Il est demeuré un fervent critique de Fidel Castro.

PLUS:pc