NOUVELLES

Les vacances ne découragent pas les manifestants vénézuéliens

27/02/2014 05:12 EST | Actualisé 29/04/2014 05:12 EDT

CARACAS, Venezuela - Le début de vacances au Venezuela menant à l'anniversaire de l'ancien président Hugo Chavez, le 5 mars, n'a pas découragé les manifestants, jeudi, contrairement à ce que le gouvernement espérait.

Des centaines d'étudiants se sont rassemblés dans les rues de l'est de Caracas, réclamant la fin de la répression du gouvernement contre les manifestants et la libération de ceux qui ont été emprisonnés au cours des dernières semaines.

À Valence, à environ 170 kilomètres à l'ouest de la capitale, les manifestants ont mis le feu à des barricades et affronté la police.

Le président Nicolas Maduro a annoncé cette semaine qu'il ajouterait les journées de jeudi et vendredi au long week-end de carnaval qui comptait déjà lundi et mardi prochains. Beaucoup ont interprété cette annonce comme une tentative de calmer les tensions.

Mais les étudiants ont voulu montrer qu'ils n'allaient pas être distraits par des vacances.

Le mouvement d'opposition au président Nicolas Maduro a fait 16 morts jusqu'à maintenant, selon le gouvernement. Il a été initié par des étudiants mais des dizaines de milliers de Vénézuéliens de partout au pays s'y sont éventuellement joints, excédés par la violente répression de ces manifestations et les problèmes économiques. Les opposants proviennent majoritairement de la classe moyenne mais n'a pas encore gagné les quartiers les plus pauvres, où se trouve la base militante de M. Maduro.

Les routes bloquées, pour la plupart dans les quartiers de la classe moyenne, constituent un irritant de plus pour les citoyens déjà frustrés par les pénuries de plusieurs produits de nécessité, la criminalité croissante et l'inflation qui a atteint 56 pour cent l'an dernier.

«J'en ai marre. Mon réfrigérateur est vide et je ne peux même pas me rendre au supermarché à cause de cette barricade», s'est plaint Alma Castillo, un entrepreneur de 33 ans de Caracas. «Les manifestations doivent être menées dans l'ordre et pacifiques.»

Les manifestants ont dressé des barricades dans les rues jeudi, après des affrontements avec la police la nuit précédente. Un autobus et un autre véhicule ont été incendiés.

Dans la municipalité bien nantie de San Diego, des gens ont fait la file durant des heures pour acheter des produits de base.

«Ça ne devrait pas continuer comme ça», a affirmé Armando Rodriguez. L'ingénieur, sa femme et leurs deux jeunes enfants ont attendu quatre heures pour acheter deux poulets, un aliment qui se fait rare, tout comme la farine de maïs, l'huile et le papier hygiénique.

PLUS:pc