NOUVELLES

Le pétrole termine en léger recul à New York dans un marché prudent

27/02/2014 03:02 EST | Actualisé 29/04/2014 05:12 EDT

Les cours du pétrole new-yorkais se sont légèrement repliés jeudi, les investisseurs restant prudents alors que les perspectives sur la demande sont incertaines et que la situation en Ukraine reste tendue.

Le baril de référence (WTI) pour livraison en avril a lâché 19 cents sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), pour s'établir à 102,40 dollars.

Les indicateurs du jour sur l'économie américaine étaient contrastés: sur le front de l'emploi, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont augmenté de façon inattendue pour la semaine close le 22 février mais les commandes de biens durables ont accusé un recul un peu moins prononcé que prévu en janvier.

Ces chiffres mitigés ne permettent pas aux investisseurs de se faire une idée claire des perspectives de consommation énergétique aux Etats-Unis.

Toutefois, les données du département américain de l'Energie sur les produits pétroliers dévoilées mercredi "montrent qu'on a encore du mal à constituer des réserves", a souligné Carl Larry de Oil Outlooks and Opinion. Les stocks de brut du pays ont enregistré la semaine dernière une hausse de 100.000 barils, soit huit fois moins que prévu en moyenne par les analystes.

"Et cela au moment même où les indicateurs économiques américains ne sont pas des plus reluisants, où le rythme de la cadence des raffineries n'est pas très élevé", observait Carl Larry. "Comme on s'attend à ce que la croissance reprenne de l'élan, entraînant la demande dans son sillage, on se dit que les réserves vont vite commencer à s'amenuiser".

Mais dans le même temps, les prix du secteur de l'énergie sont aussi influencés "par les inquiétudes qu'un radoucissement des températures aux États-Unis ne diminue la demande de fioul de chauffage et n'enlève un soutien clé pour le pétrole", ont souligné les experts d'Investec.

Le cours du WTI a en effet fortement progressé ces dernières semaines grâce notamment à la forte demande de chauffage aux États-Unis, où l'hiver est extrêmement rigoureux cette année.

Les investisseurs surveillent par ailleurs avec attention l'évolution de la situation en Ukraine, en plein bras de fer avec la Russie.

Pour Phil Flynn, de Price Futures Group, ces tensions "ajoutent à la prime de risque géopolitique pour tout le secteur de l'énergie", Moscou pouvant à tout moment décider de suspendre ses exportations de gaz naturel, de brut, de charbon ou d'uranium vers l'Europe.

Mais pour Robert Yawger, de Mizuho Securities, la situation pourrait aussi, si elle dégénérait, affecter l'économie de l'ensemble de la région, y compris de la zone euro, et faire diminuer, par ricochet, la demande en énergie.

jum/sl/bdx

PLUS:hp