NOUVELLES

Guinée-Bissau: campagne pour les élections générales du 22 mars au 11 avril (officiel)

27/02/2014 11:02 EST | Actualisé 29/04/2014 05:12 EDT

La campagne pour les élections présidentielle et législatives du 13 avril en Guinée-Bissau se déroulera du 22 mars au 11 avril, selon un décret présidentiel rendu public jeudi à Bissau.

Les candidats potentiels ont jusqu'au 5 mars pour déposer leurs dossiers auprès de la Cour suprême, d'après ce décret du président de transition Manuel Serifo Nhamadjo.

De même source, ces délais ont été fixés "après avoir entendu le gouvernement, les partis politiques et la Commission nationale des élections à propos de la date des élections du 13 avril 2014".

La présidentielle et les législatives ont été programmées pour le 13 avril après plusieurs reports. Ces scrutins auraient initialement dû être organisés au plus tard un an après le coup d'Etat du 12 avril 2012 qui a renversé le régime du Premier ministre Carlos Gomes Junior, du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC).

Le putsch avait eu lieu entre les deux tours d'une présidentielle, annulée de facto.

La Guinée-Bissau pays lusophone d'Afrique de l'Ouest miné par le trafic de drogue, est actuellement dirigée par des autorités de transition installées en accord avec les militaires putschistes.

Dix personnalités bissau-guinéennes ont annoncé leur candidature à la présidentielle, plus de la moitié en tant qu'indépendants.

Parmi ces derniers, figurent l'économiste et ex-responsable de la Banque mondiale Paulo Gomes, l'ex-ministre de l'Education et ex-recteur d'université à Bissau Tcherno Djalo ainsi que l'ex-bâtonnier de l'Ordre des avocats Domingos Quades.

Parmi les candidatures déclarées sous la bannière de formations politiques, figurent celles d'Abel Incada du Parti de la rénovation sociale (PRS, opposition), d'Helder Vaz de Résistance Guinée-Bissau/Mouvement Bafata (RGB, opposition) et de Iaia Djalo du Parti nouvelle démocratie (PND, opposition).

Le PAIGC n'avait pas encore jeudi de candidat officiel à la présidentielle. Ce parti peine à trouver son porte-drapeau depuis son congrès tenu entre fin janvier et début février, qui lui a permis d'élire Domingos Simoes Pereira comme président en remplacement de Carlos Gomes Junior.

D'après sa direction, les aspirants candidats seront départagés lors de primaires prévues samedi et dimanche.

A la clôture du dépôt des dossiers de candidatures pour les élections, la Cour suprême disposera d'un délai de huit jours pour se prononcer sur leur validité, a indiqué à l'AFP une source officielle à Bissau.

aye-cs/hm

PLUS:hp