NOUVELLES

Discussions Japon/CoréeNord en Chine le 3 mars (Croix rouge japonaise)

27/02/2014 04:19 EST | Actualisé 28/04/2014 05:12 EDT

Des représentants gouvernementaux du Japon et de la Corée du Nord se rencontreront le 3 mars à Shenyang en Chine, une première depuis novembre 2012, a indiqué jeudi la Croix-Rouge japonaise.

Les discussions, dont l'ordre du jour n'est pas connu, se dérouleront en marge de rencontres entre les Croix-Rouge japonaise et nord-coréenne, a indiqué un porte-parole de la Croix-Rouge nippone.

Tokyo va envoyer Keiichi Ono, le directeur de la direction Asie nord-est au ministère des affaires étrangères, a précisé un responsable à la chancellerie nippone.

"C'est la Croix rouge nord-coréenne qui a demandé cette réunion à son homologue japonaise", a-t-il précisé.

La dernière réunion entre des représentants des deux Croix rouge remonte à août 2012 et avait ouvert la voie à des discussions entre officiels gouvenementaux en novembre suivant à Oulan Bator.

Ces rencontres devaient ensuite se déplacer à Pékin en Décembre mais elles avaient été annulées par le Japon en raison de l'annonce par Pyongyang du lancement prochain d'une "fusée" par la Corée du Nord.

En avril 2013, Pyongyang avait fait monter la tension en menaçant Tokyo du "feu nucléaire" pour avoir déployé des batteries antimissile pour détruire tout missile nord-coréen qui menacerait son territoire.

Et en février dernier, le régime nord-coréen avait été jusqu'à qualifier le premier ministre japonais Shinzo Abe de "Hitler asiatique", en l'accusant d'expansionnisme militaire et de vues révisionnistes sur le passé du Japon durant la dernière guerre.

Les deux pays n'entretiennent pas de relations diplomatiques.

Tokyo insiste pour que soit résolue la question des enlèvements de citoyens japonais par la Corée du Nord durant la Guerre froide, que Pyongyang forçait ensuite à former ses espions en langue et culture nippones.

Cette question préoccupe beaucoup les Japonais qui la considèrent comme le principal obstacle à la normalisation des relations entre les deux pays après des décennies de défiance.

La Corée du Nord affirme de son côté que le problème des enlèvements a déjà été résolu avec le retour de certains des détenus et les annonces que d'autres étaient morts. Les essais nucléaires de la Corée du Nord et les tests réguliers de missiles par Pyongyang sont par ailleurs l'un des principaux freins au rapprochement des deux pays. De son côté, Pyongyang estime que le Japon doit encore des compensations et des excuses pour son occupation de la péninsule coréenne.

Le 3 mars les représentants des deux Croix rouge devraient aborder la question de visites de ressortissants japonais qui veulent se rendre en Corée du Nord sur la tombe de parents décédés il y a des décennies ou encore essayer de retrouver des objets personnels.

oh/jlh/ia

PLUS:hp