NOUVELLES

Concordia: le capitaine Schettino est remonté sur le navire

27/02/2014 04:46 EST | Actualisé 28/04/2014 05:12 EDT

Le commandant du Costa Concordia, Francesco Schettino, est remonté jeudi matin sur l'épave du navire, plus de deux ans après le naufrage qui avait fait 32 morts et dont il est jugé principal responsable, a constaté l'AFP.

Assailli par les journalistes et les caméramen, le capitaine, lunettes noires et blouson de cuir, s'est frayé avec difficulté un chemin sur le quai étroit du port de l'île du Giglio.

Après avoir assisté à une réunion préliminaire sur l'inspection du navire à laquelle il est autorisé à assister, Schettino est monté vers 10H30 (09H30 GMT) sur une petite vedette des gardes-côtes qui l'a conduit, avec les experts, jusquà l'épave du navire.

Arrivé mardi soir sur la petite île toscane, le capitaine s'était réfugié loin des regards dans une petite maison blanche sur les hauteurs du port avec son avocat. Francesco Schettino est poursuivi pour homicides multiples par imprudence, abandon de navire et dégâts causés à l'environnement.

Dans des propos rapportés par les médias italiens, le commandant, que certains surnomment "le capitaine poltron", a démenti avoir pleuré en voyant l'épave du paquebot dressée dans le port du Giglio. "On veut me faire passer pour un faible, comme il y a deux ans. Mais je ne suis pas comme ça. Je veux montrer que je suis un gentilhomme, pas un trouillard".

Il a été autorisé par la justice à assister à une deuxième visite d'experts sur le navire, qui doit permettre d'examiner le générateur de secours du navire ainsi que l'ascenseur. Il y sera "comme accusé et non comme consultant", et donc avec la permission d'"être présent mais pas d'intervenir", a précisé le juge.

Une première visite d'experts, le 23 janvier, s'était achevée avec la saisie de deux ordinateurs qui se trouvaient dans la salle de commandement.

Dans la nuit du 13 janvier 2012, le Costa Concordia, qui naviguait trop près de la côte, avait heurté un écueil et s'est échoué sur des rochers à quelques dizaines de mètres du Giglio, avec à son bord 4.229 personnes, dont 3.200 touristes.

ide-mle/ljm/ia

PLUS:hp