NOUVELLES

Venezuela : proposition de dialogue rejetée par l'opposition

26/02/2014 04:47 EST | Actualisé 27/04/2014 05:12 EDT

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, propose un dialogue national déjà boudé par l'opposition alors que le bras de fer entre les opposants et les partisans au pouvoir se poursuit dans la rue.

C'est un refus catégorique qui a été signifié au président Maduro par le chef de file de l'opposition, Henrique Capriles, suivi par la coalition d'opposition de la Table de l'unité démocratique (MUD), qui y voit un « simulacre de dialogue ».

Nicolas Maduro ne désespère pas et se dit convaincu que « de grands accords vont être conclus » au cours de cette conférence.

La proposition du président intervient au lendemain d'une nouvelle marche à l'appel des étudiants, qui dénoncent l'insécurité, les fréquentes pénuries de produits de première nécessité et la répression policière.

À San Cristobal, capitale du Tachira et berceau du mouvement, des milliers de manifestants, en majorité des femmes, ont marché sur une caserne de La Garde nationale.

En revanche, plusieurs centaines de paysans « chavistes » partisans du pouvoir se sont rassemblés aux abords du palais présidentiel de Miraflores.

Les violences ont fait 14 morts, dont 8 par balle, depuis le début de la contestation.

Le secrétaire général de l'ONU s'est dit attristé par la poursuite des violences et exhorte les responsables à y mettre fin.

Le pape François a lui aussi lancé un appel aux responsables politiques et au peuple vénézuélien, très majoritairement catholique, pour que « le pardon réciproque et un dialogue sincère » l'emportent.

L'Organisation des États américains entend tenir jeudi une session extraordinaire de son Conseil permanent sur le Venezuela.

PLUS:rc