NOUVELLES

Ukraine: Kerry presse la Russie de "tenir promesse" sur l'intégrité territoriale

26/02/2014 12:22 EST | Actualisé 28/04/2014 05:12 EDT

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a pressé mercredi la Russie de "tenir promesse" quant au respect de l'intégrité territoriale de l'Ukraine, après des heurts entre militants pro et anti russes en Crimée, dans le sud de l'Ukraine.

"Nous disons clairement que tous les pays doivent respecter l'intégrité territoriale, la souveraineté de l'Ukraine. La Russie a dit qu'elle le ferait et nous pensons qu'il est important que la Russie tienne promesse", a dit M. Kerry sur la chaîne MSNBC.

Le patron de la diplomatie américaine a également démenti que son pays se soit immiscé dans les affaires intérieures de l'Ukraine ou qu'il cherchait une "confrontation" avec la Russie sur cette crise.

"Nous n'avons pas besoin maintenant de nous engager dans une confrontation à l'ancienne de type Guerre froide", a assuré M. Kerry.

Washington a un ton apaisant depuis plusieurs jours à l'égard de Moscou sur le dossier ukrainien, affirmant qu'il ne doit "pas opposer l'Ouest et l'Est, les Etats-Unis et la Russie".

"La clé dans cette affaire est de donner au peuple ukrainien le plein espace dans lequel les Ukrainiens pourront prendre leurs décisions à propos du chemin qu'ils veulent prendre", a dit M. Kerry, dont le gouvernement soutien les aspirations européennes d'une partie des Ukrainiens.

"Nous ne leur mettons pas la pression (...) Nous essayons d'honorer leur désir de former un gouvernement démocratique et pluraliste qui rompe avec la kleptocratie qui avait cours là-bas", a encore expliqué le secrétaire d'Etat.

Des heurts ont brièvement opposé mercredi des militants pro et anti-russes en Crimée, alors que les autorités pro-occidentales s'apprêtaient à dévoiler à Kiev la composition du nouveau gouvernement et que Moscou ordonnait une inspection surprise des troupes près de la frontière.

La Crimée, peuplée majoritairement de russophones, est la région d'Ukraine la plus susceptible de s'opposer aux nouvelles autorités en place à Kiev après le renversement de Viktor Ianoukovitch.

Après avoir appartenu au sein de l'URSS à la Russie, elle a été rattachée à l'Ukraine en 1954. Elle continue d'héberger la flotte russe de la mer Noire dans la ville portuaire de Sébastopol. Le chef du parlement local a toutefois exclu mercredi tout débat sur une éventuelle sécession.

La Russie a de son côté décidé mercredi de renforcer la protection de sa flotte et ordonné une inspection surprise des troupes des districts militaires de l'Ouest, non loin de l'Ukraine, et du Centre, pour vérifier leur aptitude au combat.

nr-jkb/rap

PLUS:hp