NOUVELLES

Syrie: l'Iran et le Qatar admettent une "différence de vue"

26/02/2014 12:35 EST | Actualisé 28/04/2014 05:12 EDT

L'Iran et le Qatar, qui soutiennent les camps rivaux en Syrie, ont admis mercredi une "différence de vue" sur le conflit syrien, tout en affirmant que la seule solution à la guerre était politique.

"Nous sommes d'accord sur un point: le conflit syrien doit être résolu par une solution politique", a affirmé le chef de la diplomatie du Qatar Khaled ben Mohamed al-Attiya, lors d'une conférence de presse à Téhéran avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif.

"Nous avons une différence de vue malgré d'autres points d'accord. Nous considérons (les rebelles syriens) comme des révolutionnaires se battant pour leurs droits contre le feu et les balles" du régime, a-t-il expliqué, répondant à un média iranien qui l'interrogeait sur le soutien de Doha à la rébellion syrienne.

Un influent député iranien Alaeddine Boroujerdi, qui préside la commission parlementaire de la Sécurité nationale et des Affaires étrangères, a pour sa part affirmé au cours d'une visite à Damas, qu'"aujourd'hui tout le monde sait que le dossier syrien n'est plus entre les mains du Qatar (...) Nous attendons du Qatar qu'il joue un autre rôle, un nouveau rôle (...) qui soit différent des approches précédentes (...) pour qu'une page soit tournée".

Le Qatar est l'un des principaux soutiens à la rébellion syrienne parmi les monarchies sunnites du Golfe, mais il a perdu de son influence au profit de l'Arabie saoudite, selon les observateurs.

L'Iran est au contraire le principal allié régional du régime du président Bachar al-Assad. Téhéran affirme apporter une aide financière et humanitaire à la Syrie, tout en démentant une participation active dans le conflit.

L'Iran a toutefois admis avoir envoyé des conseillers pour appuyer les cadres de l'armée syrienne, alors que la très puissante milice chiite du Hezbollah libanais prête main-forte à l'armée syrienne engagée contre les rebelles et les jihadistes dans ce conflit qui a fait plus de 140.000 morts depuis près de trois ans.

str/cyj-ser/feb/cco

PLUS:hp