NOUVELLES

Les députés européens exhortent à la mobilisation pour l'Ukraine

26/02/2014 12:15 EST | Actualisé 28/04/2014 05:12 EDT

Les députés européens ont appelé mercredi à une rapide mobilisation pour aider l'Ukraine, au cours d'un débat à Strasbourg où ils ont évoqué plusieurs pistes d'action, dont une conférence des bailleurs et la facilitation de l'octroi de visas.

"Il faut agir dans les prochains jours, dans les prochaines semaines", a exhorté le chef de file des Libéraux, le Belge Guy Verhofstadt, jugeant que les Européens avaient "besoin d'une stratégie commune, crédible" vis-à-vis de l'Ukraine.

Il a appelé, tout comme son collègue espagnol José Ignacio Salafranca (PPE, droite), à la mise en place rapide d'une conférence des donateurs pour l'Ukraine qui se trouve au bord de la faillite et a un besoin urgent d'au moins 35 milliards de dollars.

En Ukraine, "nous avons créé des attentes, il faut maintenant faire honneur à ces attentes et ne pas laisser tomber les Ukrainiens", a plaidé le commissaire européen chargé de l'Elargissement, Stefan Füle.

Pour M. Verhofstadt il faudrait élargir l'accord d'association proposé par l'UE à l'Ukraine, et qui avait été refusé par le gouvernement Ianoukovitch, entraînant la crise politique qui a conduit à la chute de son gouvernement.

L'accord d'association "doit être préparé dans les plus brefs délais et signé" rapidement, a renchéri l'une des deux chefs de file des Verts, l'Allemande Rebecca Harms.

Cet accord pourrait notamment prévoir de "faciliter l'octroi de visas pour les citoyens lambda, les étudiants, les chercheurs qui en ont besoin", a estimé M. Verhofstadt, une proposition endossée également par les socialistes et les Verts.

Mais, a mis en garde le chef de file des socialistes, l'Autrichien Hannes Swoboda, il faut aussi être "honnête" avec l'Ukraine. "Il faut lui dire qu'au bout du chemin l'adhésion (à l'UE) peut être possible, mais il ne faut pas promettre aujourd'hui quelque chose que nous ne pouvons pas honorer", a-t-il mis en garde.

L'accord d'association est "toujours sur la table", a rappelé M. Füle. Pour résoudre la crise, il faut une réforme constitutionnelle en profondeur, l'organisation d'élections libres et en attendant, la formation rapide d'un gouvernement d'union "qui devienne un partenaire" pour l'UE, a-t-il dit.

Il a aussi mentionné le rôle que pourrait jouer la Russie, qui "a une chance de participer aux efforts pour ramener la stabilité et la prospérité en Ukraine".

"L'Ukraine a besoin de la Russie et la Russie a besoin de l'Ukraine", a-t-il insisté.

M. Swoboda a appelé de son côté la Russie à "retirer les troupes à la frontière" ukrainienne. "Essayez d'être des amis de l'Ukraine et pas seulement des amis de certains oligarques", a-t-il lancé à l'adresse des autorités russes.

cel/aje/bap

PLUS:hp