NOUVELLES

Le Parlement européen prône la pénalisation des clients de prostituées

26/02/2014 12:15 EST | Actualisé 28/04/2014 05:12 EDT

Le Parlement européen a voté mercredi à une large majorité un texte qui prône de lutter contre la prostitution en sanctionnant les clients de prostituées, et non les prostituées elles-mêmes.

Dans une résolution non contraignante adoptée par 343 voix pour, 139 contre, et 105 abstentions, le Parlement exhorte les Etats européens à suivre le "modèle nordique" pour combattre la prostitution, par opposition au modèle d'une légalisation globale.

"Plutôt qu'une légalisation globale, qui a été un désastre aux Pays-Bas et en Allemagne, nous avons besoin d'une approche plus nuancée de la prostitution, qui sanctionne les hommes qui traitent le corps des femmes comme une marchandise, sans criminaliser ceux ou celles qui sont entraînés dans le travail sexuel," a souligné dans un communiqué la Britannique Mary Honeyball, du groupe des socialistes et démocrates, qui a rédigé la résolution.

Le texte préconise de faire de l'achat de services sexuels auprès de prostituées de moins de 21 ans un délit pénal dans l'ensemble de l'UE.

La résolution souligne que la prostitution, qu'elle soit forcée ou volontaire, viole la dignité humaine et les droits de l'homme, et appelle les États membres à trouver des stratégies de sortie et d'autres sources de revenus pour aider les femmes qui veulent sortir de la prostitution, en améliorant notamment l'éducation et la lutte contre la pauvreté.

Les députés appellent également dans ce texte les Etats à renforcer leurs politiques pour combattre la traite d'êtres humains.

"En qualifiant formellement la prostitution d'obstacle à l'égalité entre les femmes et les hommes et en la jugeant incompatible avec la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne, le Parlement européen tire un coup de semonce en direction des Etats qui ont dépénalisé le proxénétisme et fait du 'travail du sexe' une industrie comme une autre", s'est félicité dans un communiqué Grégoire Théry, Secrétaire général du Mouvement du Nid en France.

La France a voté fin 2013 une loi pénalisant les clients de la prostitution, qui punit l'achat d'actes sexuels d'une contravention de 1.500 euros.

cel/aje/jeb

PLUS:hp