NOUVELLES

La Crimée, une république autonome russophone dans le sud de l'Ukraine

26/02/2014 01:10 EST | Actualisé 28/04/2014 05:12 EDT

La Crimée, république autonome russophone dans le sud de l'Ukraine, est une péninsule séparant la mer Noire de la mer d'Azov.

Elle est en proie à des tensions séparatistes qui se sont accrues depuis la destitution la semaine dernière du président ukrainien Viktor Ianoukovitch.

De brefs affrontements ont opposé mercredi des manifestants pro-russes et des partisans des nouvelles autorités ukrainiennes à Simféropol (capitale de la Crimée), alors que le chef du parlement local a exclu tout débat sur une éventuelle sécession, réclamé par les pro-russes.

Plus de 5.000 personnes se sont réunies devant le parlement de Crimée, Tatars d'un côté, pro-russes de l'autre. Les Tatars, une communauté de tradition musulmane installée depuis le XIIIe siècle en Crimée, représentent 12% des 2 millions d'habitants de cette région d'Ukraine peuplée majoritairement de Russes.

Déportés en Sibérie et en Asie centrale sous Staline, puis revenus en Crimée après la chute de l'URSS et l'indépendance de l'Ukraine en 1991, les Tatars ont activement soutenu la contestation anti-Ianoukovitch.

Péninsule d'environ 27.000 km2, la Crimée, prise aux Turcs par l'impératrice Catherine II de Russie est intégrée à l'empire russe en 1783. Sébastopol est fondée à la même date. Port d'attache de la flotte russe, Sébastopol fut, comme toute la péninsule de Crimée, rattachée par Nikita Khrouchtchev en 1954 à l'Ukraine soviétique. En 1992, la Crimée est devenue une république autonome au sein de l'Ukraine.

La Crimée continue d'héberger la flotte russe de la mer Noire à Sébastopol. Cette base est stratégiquement importante pour la Russie car elle lui donne un point de sortie sur la mer Noire et par là, vers la Méditerranée.

Dès l'implosion de l'Union soviétique en 1991, la question de la flotte a envenimé les relations entre Kiev et Moscou, l'Ukraine indépendante revendiquant une partie de l'ancienne flotte soviétique de la mer Noire.

En 2010, après des années de querelles, les Parlements ukrainien et russe ont signé un accord sur la prolongation de 25 ans - jusqu'à 2042 - du bail de la flotte russe, en échange d'une réduction de 30% du prix du gaz russe.

doc-kd/bc/nm/ih

PLUS:hp